Législatives espagnoles : les sociaux-démocrates en tête, la droite nationaliste entre au Parlement

Législatives espagnoles : les sociaux-démocrates en tête, la droite nationaliste entre au Parlement© RAFAEL MARCHANTE Source: Reuters
Le président du gouvernement Pedro Sanchez en train de voter le 28 avril 2019 à Pozuelo de Alarcon, à proximité de Madrid (image d'illustration).

Après le décompte de plus de 95% des bulletins, le PSOE apparaît en tête des législatives espagnoles du 28 avril. Les sociaux-démocrates ne disposeront néanmoins pas, sans coalition hétérogène, d'une majorité absolue à la chambre basse du Parlement.

Après le dépouillement de 99% des bulletins de vote, les sociaux-démocrates du PSOE, menés par l'actuel président du gouvernement Pedro Sanchez, arrivent en tête avec près de 29% des voix et 123 députés, nettement plus que les 85 remportés aux législatives de 2016, mais loin de la majorité absolue de 176 sur 350 à la chambre.

Le PSOE est ainsi loin devant tous ses concurrents, sans pour autant atteindre la majorité absolue. Il sera donc obligé de bâtir une coalition hétérogène, qui pourrait inclure des indépendantistes catalans, pour espérer continuer de gouverner. 

Les conservateurs du Parti populaire (PP), de leur côté, sont en pleine dégringolade et obtiendraient 65 sièges, contre 137 en 2016. Les libéraux centristes de Ciudadanos décrocheraient quant à eux 57 sièges, contre 32 en 2016. La droite nationaliste de Vox, parti né en 2013, obtiendrait près de 10% des suffrages et 24 sièges, faisant ainsi son entrée au Parlement. Même en unissant leurs forces, ces trois partis ne pourraient pas rééditer le succès qu'ils ont obtenu en Andalousie et parvenir ensemble au pouvoir.

A gauche du spectre politique, la coalition Unidos Podemos autour de Podemos, serait en recul, avec environ 14% des voix et 42 sièges (contre 71 en 2016). Une alliance avec le PSOE ne permettrait donc pas à ces deux seuls partis de disposer d'une majorité absolue, n'atteignant que 165 sièges.

Le scrutin pourrait de fait déboucher sur une poursuite de l'instabilité qui marque la politique espagnole depuis la fin du bipartisme PP-PSOE en 2015, avec un parlement fragmenté et des divisions exacerbées par la tentative de sécession de la Catalogne en 2017.

Le taux de participation a été de 75,80 %, près de neuf points de plus qu'en 2016, selon le ministère de l'Intérieur.

Lire aussi : Espagne : WhatsApp suspend le compte de Podemos juste avant les élections

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»