L'Union européenne prolonge ses sanctions anti-russes

L'Union européenne prolonge ses sanctions anti-russes © Hannibal Hanschke Source: Reuters
Drapeau de l'Union européenne (image d'illustration)

Bruxelles a reconduit deux séries de sanctions contre Moscou liées à la situation ukrainienne, interdisant notamment les investissements dans la péninsule de Crimée et les importations vers l'UE de ses produits.

L'Union européenne (UE) a reconduit le 20 juin pour une nouvelle période d'une année, une série de sanctions prises pour riposter au rattachement de la Crimée à la Russie en 2014, qu'elle juge illégal et dénonce comme une «annexion».

Ces sanctions prévoient notamment l'interdiction des investissements des pays membres de l'UE dans la péninsule de Crimée et les importations vers l'UE de ses produits.

Plus tard ce 20 juin, les dirigeants des 28 se sont mis d'accord pour reconduire pendant six mois d'autres sanctions économiques imposées à la Russie «en raison de l'absence de progrès dans la mise en oeuvre des accords de Minsk». Certains pays européens souhaitaient assouplir ces sanctions mises en place en 2014, et reconduites depuis par période de six mois. D'autres demandaient au contraire un durcissement de ces mesures ou une prolongation d'un an. 

Ce même jour, lors de l'annuelle cession télévisée de questions-réponses Ligne directe, le président russe Vladimir Poutine avait rappelé que les sanctions occidentales s'avéraient coûteuses tant pour la Russie que pour les pays occidentaux

Répondant à une question relative aux possibles conséquences pour l'économie russe d'un levée des sanctions, le président a affirmé : «Qu’est-ce que ça va donner, qu’est-ce que nous perdons ? Eh bien, écoutez. Selon les données d'experts, en raison de toutes ces sanctions et restrictions, depuis 2014 la Russie a subi une perte de 50 milliards de dollars, alors que l'Union européenne a perdu 240 milliards de dollars, les Etats-Unis 17 milliards de dollars (nous avons de faibles échanges commerciaux avec eux), et le Japon 27 milliards de dollars.»

Il a également indiqué que «tout cela affect[ait] les emplois dans ces pays, y compris dans les pays de l'UE», ajoutant  que ces derniers perdaient les potentiels bénéfices du marché intérieur russe. Le chef d'Etat russe a en outre fait valoir que les sanctions occidentales avaient poussé les Russie à développer un savoir-faire dans des domaines qu'elles ne maîtrisaient pas auparavant, comme celui des moteurs marins.

Lire aussi : une architecture internationale de sanctions imposée au nom de la sécurité des Etats-Unis

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»