Ligne directe : Vladimir Poutine répond en direct aux questions de ses concitoyens

Auteur: RT France

Très suivie en Russie, la séance de questions-réponses à laquelle se prête le chef d'Etat chaque année à la télévision a lieu ce 20 juin 2019. L'occasion pour les citoyens de s'adresser directement à Vladimir Poutine sur les sujets de leur choix.

Mise à jour automatique
  • Le président russe a fini de répondre aux questions de ses concitoyens, la ligne directe a durée 4 heures et 16 minutes. Vladimir Poutine donne désormais une conférence de presse, dans laquelle il réagit notamment aux conclusions de l'enquête sur le vol MH17 de la Malaysia Airlines, abattu au dessus de l'Ukraine en 2014.

    «Ce qui a été présenté comme une preuve de la culpabilité de la Russie ne vaut rien. Nous ne considérons absolument pas ça comme des preuves. Cela ne signifie rien du tout, nous avons notre version, nous l'avons présentée», a fait savoir le chef d'Etat, qui estime que «le coupable a été trouvé d'office» dans cette affaire.

  • Interrogé sur sa faculté à garder son calme face à ses homologues, même lorsque ces derniers traînent la Russie dans la boue, Vladimir Poutine a évoqué son passé. «J'ai grandi à Leningrad, le milieu invite à une certaine harmonie. Il exerce une certaine influence sur la personne», a-t-il confié.

    «Quand les relations deviennent complexes, le dernier élément qui permet de dialoguer, c'est l'échange entre les numéros uns. Il ne faut jamais fermer les portes, c'est dans l'intérêt des nations, il ne faut jamais l'oublier», a ajouté le président russe.

  • Le président russe a été interrogé sur la possibilité d'un conflit entre les Etats-Unis et l'Iran. Il a répondu que la question se posait, car il ne dispose pas de lien direct avec le président américain Donald Trump.

    Vladimir Poutine a précisé qu'une guerre serait un véritable désastre. «Les conséquences seront tristes pour toutes les parties, j'en suis certain. Cela provoquerait une flambée des violences et la hausse du nombre des réfugiés», a-t-il déclaré, notant par ailleurs que l'Iran se conformait pleinement à l'accord sur le nucléaire avec l'AIEA, et n'en violait aucune clause. «Les sanctions contre Téhéran ne sont donc pas justifiées», a-t-il assuré.

  • Concernant l'armement nucléaire de la Russie, Vladimir Poutine a répondu par la célèbre locution latine : «Si vis pacem parra bellum, si vous voulez la paix, préparez-vous à la guerre.»

    Le chef d'Etat a également souligné que ceux qui ne voulaient pas nourrir leur armée finiraient par nourrir quelqu'un d'autre. Il a précisé que la Russie était l'une des seules grandes puissances qui réduisait méthodiquement ses dépenses militaires tout en restant à l'avant-garde du développement.

  • Sur les relations russo-américaines, Vladimir Poutine a réitéré être ouvert au dialogue. «Le dialogue est toujours souhaitable. Bien entendu, si la partie américaine manifeste un intérêt pour ça, nous sommes prêts à ce dialogue», a-t-il déclaré.

    S'il reconnaît que le président américain aimerait procéder à un rapprochement entre les deux pays, Vladimir Poutine souligne que l'establishment américain lui met «des bâtons dans les roues» et pèse sur les relations bilatérales. «Des qu'ils sont prêts, nous sommes aussi prêts à discuter», a-t-il martelé, soulignant que les discussions pourraient porter sur de nombreux domaines, autant économiques que de sécurité internationale.

    Concernant les sanctions, Vladimir Poutine a estimé qu'il s'agissait d'une «grande erreur». «J'espère qu'ils en prendront conscience et qu'ils changeront», a-t-il ajouté.

  • Le président russe a attiré l'attention sur la question de la préservation du socialisme, rappelant que c'était le parti communiste qui avait dissout l'Union soviétique. «Quelle est la question ? Est-il possible de revenir au socialisme ?», s'est demandé le chef d'Etat, avant de répondre que c'était selon lui «peu probable», car le pays avait «beaucoup changé depuis».

  • Sur les relations avec l'Ukraine et son nouveau président, Volodymyr Zelensky, Vladimir Poutine a déploré que ce dernier ne souhaitait pas discuter avec les dirigeants des régions séparatistes. «Alors comment résoudre le problème ?», s'est-il interrogé, notant que «d'autant plus, les bombardements se [poursuivaient]».

    «Faire des pas en faveur d'une rencontre oui, mais il faut une volonté politique», a expliqué Vladimir Poutine sur une éventuelle rencontre avec son homologue ukrainien. Le chef d'Etat a expliqué avoir vu dans les années 2000 des performances humoristiques de l'actuel président ukrainien, jugeant ce dernier «talentueux et drôle». «Mais ce qui se passe dans le Donbass n’est pas drôle du tout», a déclaré Vladimir Poutine, soulignant que rien n'était fait pour améliorer la situation dans la région, et qu'au contraire, le blocus des républiques autoproclamées se durcissait.

  • Interrogés sur une éventuelle légalisation de produits stupéfiants, Vladimir Poutine s'est montré catégorique : «Non, c'est une menace pour la nation.» Notant que 26% des personnes incarcérées étaient en prison pour trafic de stupéfiants, le président russe a insisté sur le fait que ces derniers devaient assumer leurs responsabilités.

  • Une question porte sur la multiplication des contrôles sur les PME, et la pression qui est mise sur les entreprises. «Il est naturel que les organismes de contrôles procèdent à ces vérifications», note Vladimir Poutine, qui souligne toutefois que les contrôleurs doivent aussi faire l'objet d'un retour de la part des personnes qui sont contrôlées, afin de limiter d'éventuels abus.

  • Une question a été repérée par Vladimir Poutine lui-même : «Quand est-ce que les fonctionnaires vont-ils gagner autant que des travailleurs ordinaires ?»

    «Je voudrais que le niveau de revenu des travailleurs atteigne celui des ministres, mais pas que les salaires des ministres tombent au niveau de celui des travailleurs», a-t-il déclaré, soulignant que la différence de salaire ne devrait pas être colossale.

Découvrir plus

Auteur: RT France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»