Deux nouvelles condamnations à mort de djihadistes français à Bagdad

- Avec AFP

Deux nouvelles condamnations à mort de djihadistes français à Bagdad© Sabah Arar Source: AFP
Le tribunal de Bagad où ont été jugés les 12 djihadistes le 29 mai 2019.

Bilel Kabaoui et Mourad Delhomme, les deux derniers individus d'un groupe de Français acheminés de Syrie pour leur procès, ont été jugés et condamnés en Irak à la peine capitale pour avoir fait allégeance à l'Etat islamique.

Les Français Bilel Kabaoui, 32 ans, et Mourad Delhomme, 41 ans, ont été condamnés à la peine capitale le 3 juin par le tribunal antiterroriste de Bagdad. Cette cour a déjà condamné à mort neuf de leurs compatriotes. Ils étaient les deux derniers ressortissants français à être jugés dans ce groupe de prévenus.

Selon la loi irakienne la peine de mort est applicable pour toute personne reconnue coupable d'appartenance à une organisation jugée terroriste, que l'accusé ait ou non combattu.

Mourad Delhomme est présenté par le renseignement comme un «vétéran du djihad». Ce Français né en Algérie en 1978, a exercé, selon le Centre d'analyse du terrorisme (CAT) basé à Paris, les fonctions de juge au sein des très redoutés tribunaux de l'Etat islamique (EI), qui ordonnaient régulièrement châtiments corporels et exécutions sommaires.

Bilel Kabaoui, originaire de région parisienne, a rejoint le territoire de l'EI durant l'été 2014, selon la même source.

En tout, 12 hommes transférés ensemble fin janvier de la Syrie vers l'Irak ont été jugés à Bagdad depuis une semaine. Neuf Français et un Tunisien, un temps présenté comme Français, ont déjà été condamnés à mort.

Les autorités kurdes de Syrie qui les détenaient ne représentant pas un Etat et Paris n'entretenant pas de relations diplomatiques avec le gouvernement syrien, ils ont été envoyé en Irak pour y être jugés. Cette semaine de procès a relancé le débat sur le retour des djihadistes dans leurs pays d'origine. La France se trouve devant un paradoxe : elle ne veut pas juger ses ressortissants mais elle est opposée par principe à la peine de mort. Paris dit donc intervenir «au plus haut niveau» pour éviter qu'ils ne soient pendus, sans toutefois contester l'«équité» des procès.

Selon Human Rights Watch (HRW) toutefois, les procès irakiens présentent de «graves lacunes», et ont donné lieu à des actes de «torture».

L'ONG a exhorté Paris à ne pas «sous-traiter la gestion» de ses ressortissants alors qu'elle a fermement exclu leur rapatriement et leur jugement sur son sol, réclamé par les avocats des familles qui dénoncent une justice «expéditive» en Irak. 

Lire aussi : Souhaitant faire le djihad en Afghanistan, un Franco-marocain déchu de sa nationalité française

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»