Viktor Orban salue son «ami» Wauquiez et déclare n'avoir «rien à voir avec Marine Le Pen»

Viktor Orban salue son «ami» Wauquiez et déclare n'avoir «rien à voir avec Marine Le Pen»© Mark Wilson/Getty Images Source: AFP
Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, lors d'un entretien avec le président américain Donald Trump, dans le bureau ovale, le 13 mai 2019, à Washington (image d'illustration).

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban s'est confié sur ses alliances en Europe. Le dirigeant du Fidesz est revenu sur ses liens avec le Rassemblement nationale, mais aussi sur sa vision politique à l'approche des élections européennes.

A une dizaine de jours des élections européennes, la droite dure aurait-elle pris du plomb dans l’aile ? Dans un article publié le 13 mai par la revue The Atlantic, l’écrivain Bernard-Henri Lévy raconte s’être rendu à Budapest pour y rencontrer le dirigeant du Fidesz Viktor Orban, dont il rapporte les propos. C'était là l’occasion pour ce dernier de revenir sur ses liens avec la France mais aussi de discuter d’une possible alliance avec le Rassemblement national. 

Décrit par BHL comme ayant «le physique d’un lutteur à la retraite, Vladimir Poutine, sans les muscles, avec quelque chose de triste et de sombre dans son regard», Viktor Orban explique avoir «une bonne relation personnelle» avec Emmanuel Macron, jugeant néanmoins le président français «trop intellectuel pour le métier que nous occupons». L'évocation d'une bonne relation entre les deux hommes est pour le moins curieuse, Emmanuel Macron tentant de polariser le scrutin européen entre progressistes et populistes et se charge régulièrement d’attaquer le dirigeant magyar.

Le RN : une «ligne rouge»

Et lorsque le fondateur de La Règle du jeu lui demande s’il pense à Marine Le Pen pour porter le flambeau populiste à travers l’Europe, sa réaction est immédiate. «Absolument pas ! Je n’ai rien à voir avec Marine Le Pen. Rien», rétorque-t-il, comme pour affirmer le clivage.

«Laurent Wauquiez m’a averti que [cette alliance avec le RN] constituait une ligne rouge», poursuit le Premier ministre qui présente le président des Républicains comme un de ses nombreux «amis» en France parmi lesquels il cite Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac ou encore Valéry Giscard d’Estaing,  qu’il «essaye de voir» à chaque fois qu’il est présent à Paris.

Viktor Orban précise ne pas vouloir s’allier à Marine Le Pen car celle-ci «n’est pas au pouvoir». «Lorsque des dirigeants politiques ne sont plus au pouvoir, ils peuvent dire et faire ce qu’ils veulent et donc échapper à tout contrôle. Je ne veux pas être mêlé à ça», analyse-t-il.

Marine Le Pen multiplie les signaux en direction du Premier ministre hongrois, comme le 5 mai dernier alors qu'elle se trouve en meeting à Bruxelles. «C'est à monsieur Orban de voir s'il se trouve plus en cohérence politiquement avec des membres du PPE [Parti populaire européen] qui ont voté contre lui [...] ou s'il se sent plus en cohérence politiquement avec des mouvements tels que les nôtres», avait-elle déclaré. Le 20 mars dernier, le parti de Viktor Orban avait été suspendu du PPE pour des déclarations et des prises de position jugées trop radicales.

Salvini en héraut

Mais qui pour diriger ce courant de droite en Europe ? Viktor Orban est affirmatif : «Matteo Salvini. Il dirige un grand pays. L'Europe peut sanctionner un petit pays comme la Hongrie. Il n'oserait pas s'en prendre à un pays comme l'Italie, avec 60 millions d'habitants. De plus, l'Italie a une voix puissante. Il se tient fermement contre les migrants – il occupe le front.»

Nous ne devons pas provoquer Vladimir Poutine. C'est pourquoi je m'oppose aux sanctions de l'UE contre lui

Poursuivant l’entretien, le dirigeant hongrois aborde ses relations avec Silvio Berlusconi ou encore Recep Tayyip Erdogan avec lesquels il partage la passion du ballon rond. Enfin, il aborde ses liens avec la Russie. «Nous devons faire attention. Très attention. Nous devons soutenir l'Ukraine, qui constitue le principal rempart entre nous et les Russes. Dans le même temps, nous ne devons pas provoquer Vladimir Poutine. C'est pourquoi je m'oppose aux sanctions de l'Union européenne contre lui», conclue-t-il.

Lire aussi : Immigration, lutte anti-terrorisme... Trump et Orban affichent leur lune de miel à la Maison Blanche

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»