Orban salue la volonté de Macron de réformer l'UE tout en refusant l'«islamisation»

Orban salue la volonté de Macron de réformer l'UE tout en refusant l'«islamisation»© Atila Kisbenedek Source: AFP
Viktor Orban salue la volonté d'Emmanuel Macron de réformer l'UE.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a mis en garde Bruxelles contre toute tentative d'imposer à son pays ses volontés en matière de politique migratoire. Il a néanmoins accueilli favorablement la tribune européenne d'Emmanuel Macron.

Le Premier ministre de Hongrie Viktor Orban, à l'approche des élections européennes, a tenu à livrer sa vision du futur d'une Union européenne envers laquelle il n'a cessé de durcir le ton ces derniers mois. Cité sur le site internet du gouvernement hongrois, il a notamment jugé que d'autres pays pourraient prochainement suivre le Royaume-Uni et quitter l'UE.

«Si on nous laisse tranquilles et qu'on ne nous contraint pas à l'islamisation, l'Europe pourra continuer à exister en tant que club des nations libres», a-t-il déclaré. Il a néanmoins déploré les pressions qu'il accuse Bruxelles d'exercer sur son pays. Selon lui, si la Hongrie se voit sommée «d'accepter le pacte des migrations de l'ONU ou les décisions de la commission européennes, [...] une rupture avec l'UE n'est pas à exclure». 

Après que les Etats-Unis avaient décidé de ne pas signer le pacte des migrations de l'ONU, le jugeant «incompatible» avec leur politique migratoire et leur souveraineté nationale, la Hongrie leur avait emboîté le pas, Viktor Orban avait qualifié cet accord de «dangereux». Présenté comme étant non-contraignant, ce texte insiste sur la nécessité de mettre en œuvre des politiques très favorables aux migrations, facteurs de «prospérité et de développement durable».

En revanche, Viktor Orban a salué la volonté affichée par Emmanuel Macron, dans sa tribune publiée le 4 mars dans différents journaux à travers le 28 Etats membres, de réformer l'espace Schengen. «Cela pourrait marquer le début d'un véritable débat européen», a-t-il déclaré. Le président français proposait en effet dans son texte publié le 4 mars dernier de remettre «à plat» ses règles afin de garantir «la liberté en sécurité». Reste à savoir si Emmanuel Macron et Viktor Orban, qui se sont mutuellement désignés comme adversaires sur la scène européenne, ont le même dessein en tête...

Lire aussi : Panique en vue des européennes : Soros redoute que l'UE ne «suive le chemin de l’Union soviétique»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»