L'Autriche veut modifier sa constitution pour durcir sa politique d'asile

L'Autriche veut modifier sa constitution pour durcir sa politique d'asile© Khaled Desouki Source: AFP
Sebastien Kurz, le Chancelier autrichien.

Vienne muscle son jeu face au phénomène de l'immigration et veut imiter d'autres pays européens en procédant à des détentions préventives de demandeurs d'asile considérés dangereux. L'Autriche veut également changer le nom de ses centres d'accueil.

Après le meurtre d'une assistante sociale autrichienne à l'arme blanche par un demandeur d'asile turc au début du mois de février dans la ville de Dornbirn, Vienne fait montre de sa volonté de durcir les conditions d'accueil et fait savoir que le gouvernement cherchera dorénavant à décourager les candidats à l'asile.

Parmi les mesures proposées le 4 mars pour réduire le nombre de demandeurs d'asile en Autriche, l'exécutif actuel (FPÖ, marqué à droite) veut permettre la mise en détention préventive des demandeurs d'asile considérés comme dangereux sans passer par le juge.

Pour permettre aux autorités de procéder de la sorte, un amendement constitutionnel devra faire son chemin au parlement, où le gouvernement autrichien devra glaner deux tiers des voix. Le chancelier Sebastian Kurz a précisé à la presse que ce type de mesures ne seraient prises que dans le cas où des suspicions concrètes auront été établies, qui démontrent la volonté manifeste d'un demandeur d'asile de commettre une infraction criminelle.

Pour les personnes qui ont déjà enfilé une ceinture d'explosifs dans leur tête

Dans un registre plus symbolique, les centres d'accueil des réfugiés seraient également renommés «centres de départ» au 1er mars. Critiqué à la suite de ces annonces, le chancelier Kurz a balayé les accusations d'un revers de main et a déclaré : «Nous n'avons pas besoin de tout ce scepticisme.»

Enfin, il sera attendu de la part des demandeurs d'asile de s'astreindre à un couvre-feu sur la base du volontariat, entre 22h et 6h.

Le ministre de l'Intérieur, Herbert Kickl, a pour sa part fait savoir que les détentions préventives visaient en réalité «les personnes qui avaient déjà enfilé une ceinture d'explosifs dans leur tête.» Le ministre a également précisé que l'Autriche ne serait pas le premier pays de l'Union européenne à se doter d'une telle législation et de citer en exemple l'Irlande, la Belgique, les Pays-Bas et la Hongrie.

Lire aussi : L'Autriche veut refuser l'asile à tous les migrants arrivant en Europe avec l'aide de passeurs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»