Nicolas Sarkozy à Viktor Orban : «Personne n’a de leçons à vous donner»

Nicolas Sarkozy à Viktor Orban : «Personne n’a de leçons à vous donner»© Philippe Wojazer Source: Reuters
Nicolas Sarkozy au côté de Viktor Orban le 19 novembre 2010 à l'Elysée (image d'illustration).

L'ancien président Nicolas Sarkozy a rencontré le Premier ministre hongrois Viktor Orban à Budapest le 23 mars. Il a dressé des louanges à celui qui est devenu persona non grata au sein du groupe PPE au Parlement européen. Un coup politique ?

Alors que Les Républicains (LR) se divisent sur le cas de Viktor Orban et de son parti, le Fidesz, Nicolas Sarkozy, lui, n'a pas hésité à flatter le Premier ministre hongrois. En visite à Budapest le 23 mars lors d'un colloque international, l'ex-président français a discouru pendant quinze minutes, selon le média L'Incorrect. «On essaye de faire de nos différences une force, c’est pour ça que je suis aux côtés de Viktor et du Fidesz», a affirmé dans un premier temps Nicolas Sarkozy, avant de s'adresser directement à Viktor Orban : «L’Europe ne doit pas être sectaire. Personne n’a de leçons à vous donner.»

«Quand on a des frontières, on doit les défendre», poursuit-il d'après les propos rapportés par le magazine de droite.

Toutefois, durant son intervention, Nicolas Sarkozy a mis de l'eau dans dans son vin. Il a ainsi ménagé l'actuel président de la République française, Emmanuel Macron, pourtant ouvertement opposé à Viktor Orban. En effet, Nicolas Sakrozy a par exemple salué la proposition d'Emmanuel Macron d'«ouvrir le débat, notamment sur Schengen». «On ne peut pas garder les mêmes institutions à six qu’à 28», justifie-t-il.

Cet événement a vu la présence du polémiste et écrivain Eric Zemmour ou de la philosophe Chantal Delsol.

L'Assemblée politique du PPE (parti de la droite européenne), qui réunit les formations de droite et du centre-droit des membres de l'UE, comme la CDU de la chancelière allemande Angela Merkel ou Les Républicains en France, a voté le 20 mars à une écrasante majorité (190 pour, 3 contre) pour une suspension temporaire du Fidesz.

Concrètement, cela signifie que le Fidesz n'aura – jusqu'à nouvel ordre – plus le droit de participer aux réunions du PPE, qu'il sera privé de ses droits de vote et qu'il ne pourra pas présenter de candidats à des postes en interne.

Lire aussi : Viktor Orban entend combattre Macron, «chef des forces pro-immigration» en Europe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»