Viktor Orban entend combattre Macron, «chef des forces pro-immigration» en Europe

Viktor Orban entend combattre Macron, «chef des forces pro-immigration» en Europe© Lisi Niesner Source: Reuters
Viktor Orban arrive à la réunion informelle des dirigeants de l'Union européenne à Salzbourg, en Autriche, alors que le président français Emmanuel Macron s'adresse aux médias, le 20 septembre 2018.

Au cours d’une conférence de presse organisée ce 10 janvier à Budapest, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a jugé «néfaste», pour son pays et pour l’Europe, la politique migratoire conduite par le chef de l’Etat Français.

Après le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini, c’est au tour de Viktor Orban de tacler la politique Emmanuel Macron sur l'immigration. Le Premier ministre hongrois, hostile à la politique migratoire de Bruxelles, s’est engagé à combattre le président français sur cette thématique. «On ne peut nier qu'Emmanuel Macron est une personnalité importante, et qui plus est le chef des forces pro-immigration [en Europe]», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Budapest. 

Il faut donc que je le combatte

«Il n'y a là rien de personnel mais il s'agit de l'avenir de tous nos pays. Si ce qu'il veut à propos de l'immigration se réalise en Europe, alors ce sera néfaste pour la Hongrie, il faut donc que je le combatte», a-t-il poursuivi. Viktor Orban a en outre exprimé son souhait d'assister à la victoire des partis anti-immigration lors des élections au Parlement européen de mai prochain, afin de changer la politique actuelle menée par l’UE. Dans ce sillage, il a égratigné la chancelière Angela Merkel et la position des médias allemands, qui, selon lui, «ne cessent de faire pression» pour que l'Europe accueille davantage de migrants aux dépends du peuple hongrois. «Je ne vois aucun compromis possible ici», a-t-il déclaré à ce sujet.

A contrario, le chef du gouvernement hongrois s’est félicité de l’initiative de la Pologne et de l'Italie en vue de former une alliance pour les prochaines élections européennes dans l’optique de défendre les valeurs européennes face aux aspirations «immigrationnistes» de certains responsables européens. «L'alliance italo-polonaise, l'alliance Varsovie-Rome est l'un des plus grands événements qui pouvait marquer ce début d'année», a-t-il prédit, tout en louant la gestion de la question migratoire de Matteo Salvini qu’il a qualifié de «héros».

Le 12 septembre, les eurodéputés avaient voté le déclenchement de l’article 7 du traité de l’UE à l’encontre de la Hongrie, celui-ci entraînant la mise en place d’une procédure contre un pays pour prévenir «une violation grave et persistante par un Etat membre des valeurs [européennes]». Une initiative qui avait alors provoqué l’ire de Budapest. Le 13 décembre 2018, dans une interview au Monde, le ministre des Affaires étrangères hongrois Péter Szijjarto avait accusé Bruxelles de vouloir prendre «une revanche contre la Hongrie».

Lire aussi : La Pologne et la Hongrie vent debout contre la nouvelle jurisprudence européenne sur les migrants

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»