En Equateur, de violents heurts en marge des manifestations contre l'arrestation de Julian Assange

En Equateur, de violents heurts en marge des manifestations contre l'arrestation de Julian Assange
Manifestants contre l'arrestation de Julian Assange et contre le pouvoir face aux forces de police à Quito en Equateur le 17 avril.

A Quito, des centaines de manifestants en soutien à Julian Assange, opposés au président Lenin Moreno, se sont violemment heurtés à la police alors qu'ils se rendaient vers le palais présidentiel.

Le 17 avril, des centaines de personnes ont battu le pavé à Quito, capitale de l’Équateur, pour manifester contre la décision du gouvernement de laisser la police britannique arrêter Julian Assange dans son ambassade de Londres le 11 avril

Les protestataires, qui accusaient le président équatorien Lenin Moreno de traîtrise, tentaient de se diriger vers le palais présidentiel. Les forces de l’ordre et la police montée ont mené des charges violentes contre les manifestants. Selon le quotidien allemand Deutsche Welle, deux photo-journalistes ont été blessés.

Les manifestants soutiennent le président sortant Rafael Correa, qui avait accordé l'asile au lanceur d'alerte et l'avait protégé durant sept ans. L'ancien chef d'Etat et le nouveau président équatorien Lenin Moreno ont depuis 2017, date des élections, des divergences irréconciliables. La manifestation visait aussi à dénoncer la corruption supposée du nouveau chef d'Etat et de son gouvernement, et le prêt fort opportunément accordé par le Fonds monétaire international (FMI) à la suite de l'arrestation du fondateur de Wikileaks.

Lenin Moreno a justifié la révocation de l'asile par le fait que Julian Assange se serait mêlé d'affaires internationales, aurait installé des équipements électroniques interdits dans le bâtiment et aurait accédé aux fichiers de sécurité de l'Ambassade sans leur permission. Mais les détracteurs du président suspectent plutôt le scandale lié à la divulgation de documents incriminant le chef de l'Etat. Quelques jours avant l'arrestation, un site anonyme avait dévoilé des fichiers révélant une supposée corruption de la famille de Lenin Moreno. Wikileaks avait repris l'information le 4 avril, mais a nié être l'auteur de la fuite. Le président équatorien en a attribué l'origine à Julian Assange. 

Lire aussi : Julian Assange lâché par l'Equateur : violation des conditions de l'asile ou accord avec le FMI ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»