Yémen : 14 enfants perdent la vie dans une explosion à proximité de deux écoles

- Avec AFP

Yémen : 14 enfants perdent la vie dans une explosion à proximité de deux écoles© Mohammed Huwais Source: AFP
Dans un hôpital de la capitale Sanaa, une écolière yéménite blessée le 7 avril 2019 lors d'une explosion qui a fait 14 morts et 16 blessés.

Une explosion survenue à Sanaa le 7 avril a causé la mort de 14 enfants, selon un bilan de l'Unicef. Les rebelles Houthis accusent la coalition menée par Riyad d'être responsable du drame mais celle-ci nie toute implication.

Ce 9 avril, l'Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance) a attribué la mort de civils dans la capitale yéménite Sanaa à «une explosion» survenue le 7 avril, donnant un bilan de 14 enfants tués et 16 blessés, la plupart ayant moins de neuf ans. Dans un communiqué, l'Unicef souligne que parmi les enfants blessés, certains sont dans un état «critique» et que le nombre des morts pourrait augmenter. «L'incident s'est produit près de deux écoles», fait savoir l'Unicef, sans préciser la cause de l'explosion.

Dans une déclaration publiée ce 9 avril également, le médiateur de l'ONU pour le Yémen Martin Griffiths s'est déclaré «profondément attristé par la mort tragique de civils, la majorité étant de jeunes écolières». Lui aussi s'est abstenu de désigner des responsables, relevant seulement que les civils «continuent de souffrir des impacts dévastateurs du conflit». «J'appelle toutes les parties à déployer tous les efforts possibles pour mettre fin aux souffrances des civils et à permettre aux jeunes Yéménites de grandir en paix et en sécurité. Seule une solution politique inclusive mettra fin à ce cycle de violence et de destruction», a-t-il expliqué.

Les rebelles accusent la coalition menée par Riyad

Martin Griffiths avait rencontré la veille à Sanaa le chef rebelle Abdel Malek Al-Houthi, selon l'agence rebelle Saba. Les rebelles Houthis, qui contrôlent Sanaa, ont affirmé que ces civils avaient été victimes d'un raid aérien de la coalition menée par l'Arabie saoudite, mais aucune source indépendante n'a corroboré cette accusation. La coalition sous commandement saoudien a nié avoir bombardé la capitale yéménite le 7 avril.

Le Yémen est déchiré par une guerre dévastatrice qui oppose le gouvernement, soutenu notamment par l'Arabie saoudite, aux rebelles Houthis, appuyés par l'Iran. La coalition menée par l'Arabie saoudite est intervenue militairement en 2015 au Yémen pour aider le gouvernement à stopper la progression des rebelles qui s'étaient emparés de vastes régions, y compris la capitale Sanaa. 

Le conflit, qui a provoqué la pire catastrophe humanitaire au monde selon l'ONU, a poussé des millions de Yéménites au bord de la famine et a fait depuis 2015 quelque 10 000 morts, en majorité des civils, selon un bilan partiel de l'Organisation mondiale de la santé. Des ONG estiment que le nombre de morts est nettement plus élevé, certaines citant un bilan cinq fois supérieur.

Lire aussi : Le Congrès américain exige la fin de tout engagement militaire au Yémen

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»