Moscou invite les Etats-Unis à partir de Syrie avant de dénoncer la présence russe au Venezuela

Moscou invite les Etats-Unis à partir de Syrie avant de dénoncer la présence russe au Venezuela© Maxim Shemetov Source: Reuters
Le porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, le 16 janvier 2019 à Moscou (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Réagissant à la sortie de Donald Trump, qui a sommé la Russie de retirer ses avions militaires du Venezuela, la porte-parole de la diplomatie russe lui a conseillé en retour de «tenir les promesses» américaines sur son retrait de Syrie.

L'administration Trump devrait tenir sa promesse de retirer ses troupes de la Syrie avant de dire aux autres pays ce qu'ils devraient faire : c'est ce qu'a déclaré en substance le 27 mars Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères. Elle faisait référence à une remarque énoncée le même jour par le président américain.

«Avant de se prononcer sur les intérêts légitimes des autres pays, je conseillerais à l'administration américaine de tenir les promesses qu'elle a faites à la communauté internationale», a-t-elle expliqué, se référant à l'engagement du président américain Donald Trump de faire partir les troupes américaines de la Syrie. 

Ni la Russie ni le Venezuela ne sont des provinces des Etats-Unis

«La Russie n'a rien enfreint, ni les accords internationaux, ni le droit vénézuélien. Elle ne change pas l'équilibre des forces dans la région et ne menace personne à la différence» de Washington, a encore martelé Maria Zakharova. Elle a qualifié les diverses critiques émises depuis le début de la semaine par des responsables américains de «tentative arrogante de dicter à des Etats souverains comment ils doivent avoir des relations entre eux». «Ni la Russie ni le Venezuela ne sont des provinces des Etats-Unis», a-t-elle lancé.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a pour sa part ajouté : «Nous ne pensons pas que des pays tiers aient à s'inquiéter de nos liens bilatéraux [...] Nous ne nous ingérons d'aucune manière dans les affaires intérieures du Venezuela et nous attendons des autres pays qu'ils suivent notre exemple et laissent les Vénézuéliens décider eux-mêmes de leur destin.»

Après l'arrivée d'avions militaires et de personnel russes à Caracas dans le cadre d'un accord de coopération de 2001, le locataire de la Maison Blanche avait en effet lancé un avertissement à Moscou en sommant la Russie de quitter le Venezuela. S'exprimant au côté de Fabiana Rosales, épouse de l'opposant vénézuélien et président autoproclamé Juan Guaido, Donald Trump a estimé : «La Russie doit quitter [le Venezuela].» Alors que les journalistes lui demandaient comment il comptait procéder face à Moscou, le dirigeant américain a affirmé : «Nous verrons. Toutes les options sont ouvertes.»

«Il n'est question que de coopération militaire et technique»

Face à ces propos menaçants, la Russie a rappelé qu'elle s'en tenait à une coopération entre les deux Etats prévue par des accords bilatéraux. En réponse à Washington, le ministère russe des Affaires étrangères avait également souligné que cette présence de conseillers militaires ne constituait en rien une ingérence mais qu'elle était au contraire conforme à un accord bilatéral. «La Fédération de Russie développe sa coopération avec le Venezuela dans le strict respect de la Constitution de ce pays et dans le strict respect de ses lois. La présence de spécialistes russes sur le territoire du Venezuela est régie par l'accord de coopération militaro-technique signé en mai 2001 entre le gouvernement de la Fédération de Russie et le gouvernement du Venezuela», précisait la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova dans un communiqué du 26 mars.

Le Venezuela a d'ailleurs rappelé, le 28 mars, que la présence de militaires russes sur son territoire n'était «en aucun cas liée à la possible conduite d'opérations militaires».  «Il n'est question que de coopération militaire et technique», a déclaré l'attaché militaire de l'ambassade du Venezuela en Russie, José Rafael Torrealba Pérez, cité par l'agence Interfax.

Lire aussi : Venezuela : concert d'indignation après l'arrestation du bras droit de Guaido accusé de «terrorisme»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix