Un tribunal international pour les crimes de l'EI en Syrie ? Washington peu emballé par l'idée kurde

Un tribunal international pour les crimes de l'EI en Syrie ? Washington peu emballé par l'idée kurde© Rodi Said Source: Reuters
Des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) se tiennent près de Baghouz, le 11 février 2019.

N'ayant pas réussi à convaincre les pays occidentaux à rapatrier leurs ressortissants ayant combattu pour Daesh, les Kurdes de Syrie appellent à la création d'un tribunal international spécial dans le nord-est syrien. Washington prend ses distances.

Exécutions de masse, viols, enlèvements... Afin de juger les crimes du groupe terroriste Daesh dans le nord-est de la Syrie, les Kurdes syriens ont appelé ce 25 mars à la création d'un tribunal international spécial. De fait, les Forces démocratiques syriennes (FDS) dont font partie les combattants kurdes, soutenues par les Etats-Unis, ont regretté qu'aucun pays de «la communauté internationale» n'ait accepté de rapatrier ses ressortissants djihadistes.

«Nous demandons maintenant [à la communauté internationale] de coopérer en nous fournissant un soutien légal et logistique pour établir et protéger une telle cour», a déclaré auprès de l'AFP Abdel Karim Omar, un responsable des FDS.

«Nous n'étudions pas cela à ce stade», a pour l'heure commenté le représentant spécial américain pour la Syrie, James Jeffrey, qui a rappelé que la priorité américaine était de faire pression sur «les pays [d'où sont originaires les combattants de Daesh] pour qu'ils reprennent leurs propres ressortissants, qu'ils aient commis des crimes ou pas».

Le 23 mars, les FDS annonçaient avoir conquis l'enclave de Baghouz alors tenue par Daesh, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, dans le nord-est de la Syrie. L'alliance arabo-kurde expliquait ainsi avoir arrêté plus de 5 000 djihadistes, désormais détenus dans les prisons de l'administration autonome établie par les Kurdes dans les régions sous leur contrôle.

Un porte-parole des FDS affirmait, par conséquent, que Daesh avait subi une «élimination totale» et une «défaite territoriale à 100%». Si cette victoire a été applaudie par Washington, le représentant permanent de la Syrie aux Nations unies, Bachar al-Jaafari, avait réagi aux réjouissances de l'administration américaine en évoquant du «bluff».

Lire aussi : Syrie : les Kurdes annoncent l'élimination de Daesh, Washington salue, Damas parle de «bluff»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»