Début de frappes israéliennes sur Gaza après un tir de roquette

- Avec AFP

Début de frappes israéliennes sur Gaza après un tir de roquette© Ahmed Zakot Source: Reuters
Un nuage de fumée émerge à la suite d'une frappe aérienne israélienne dans le sud de la bande de Gaza, le 25 mars 2019.

Ce 25 mars, l'armée israélienne a lancé des frappes dans la bande de Gaza en représailles à un tir de roquette qui aurait fait sept blessés au nord de Tel-Aviv. Accusé par Tsahal d'en être à l'origine, le Hamas avait nié plus tôt toute implication.

L'armée israélienne a lancé ce 25 mars, en fin d'après-midi, avoir lancé des frappes dans la bande de Gaza en représailles au tir d'une roquette qui aurait fait sept blessés au nord de Tel-Aviv au cours de la nuit dernière. «Nous venons de commencer à frapper les cibles du Hamas dans toute la bande de Gaza», a annoncé Tsahal sur Twitter. Selon des témoins, des hélicoptères israéliens ont déclenché au moins trois frappes dans l'ouest de la bande de Gaza contre un site de la branche armée du mouvement islamiste Hamas qui dirige l'enclave palestinienne sous blocus. 

Lire aussi : Frappes de Tsahal sur Gaza et décret de Trump sur le Golan : situation explosive au Moyen-Orient

Une attaque criminelle contre l'Etat d'Israël

Plus tôt, le Hamas avait nié avoir tiré la roquette. «Personne au sein des mouvements de résistance, y compris le Hamas, n'a d'intérêt à tirer des roquettes de Gaza contre l'ennemi», avait déclaré à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, un haut responsable du mouvement islamiste. L'opération israélienne survient alors que Donald Trump signe un décret reconnaissant la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan en présence de Benjamin Netanyahou. 

Le Djihad islamique, deuxième groupe armé de Gaza, a prévenu que sa réaction serait à la mesure d'une «agression» israélienne. Cet accès de tension réveille le spectre d'une nouvelle confrontation armée entre Israël et Gaza. 

De son côté, le Premier ministre israélien a dénoncé «une attaque criminelle contre l'Etat d'Israël» et promis de répondre avec force. Il a en outre annoncé qu'il rentrerait aussitôt après avoir été reçu par le président Trump «pour diriger de près nos opérations», alors qu'il devait initialement prononcer un discours le 26 mars devant un grand lobby pro-israélien, puis dîner avec le président américain. 

Ces événements s'inscrivent dans un contexte hautement sensible, à l'approche des législatives israéliennes prévues le 9 avril.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»