20 ans après le bombardement de l’OTAN, quelle relation entretient la Serbie avec l’Alliance ?

20 ans après le bombardement de l’OTAN, quelle relation entretient la Serbie avec l’Alliance ?© OLIVER BUNIC Source: AFP
Le Secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg et le président serbe Aleksandar Vucic lors d'un exercice conjoint à Mladenovac, le 8 octobre 2018.

Tout en affirmant que Belgrade ne rentrerait jamais dans l'OTAN, le président serbe a fait part de sa volonté d'entretenir des relations «correctes et décentes» avec l'alliance. Pourtant, le statut du Kosovo reste un point de désaccord majeur.

«Notre devoir est de pardonner, mais nous ne pourrons jamais oublier» : à l'occasion du 20e anniversaire des bombardements de l’ex-Yougoslavie par l’OTAN – qui avaient fait 2 500 morts selon les autorités serbes – le président serbe Aleksandar Vucic est revenu sur les relations qu'entretien Belgrade avec l'alliance atlantique. 

Désireux de défendre l'indépendance de son pays, le chef d'Etat a tenu à souligner l'absence d'animosité entre Belgrade et l'OTAN. «Je suis sûr que l'OTAN, qui a toujours dit que c'était le choix de la Serbie, serait plus disposée à accepter la Serbie que d'autres pays de la région […]. Nous disons toujours et partout que nous ne voulons pas adhérer à l'OTAN, et nous le faisons ouvertement. Nous voulons avoir des relations correctes et décentes mais nous ne voulons pas rejoindre l'OTAN», a ainsi fait savoir le Président serbe lors de la quatrième édition du «Dialogue stratégique de Belgrade».

«Nous voulons défendre notre indépendance, notre liberté, notre ciel avec notre armée, l'armée serbe. Je crois au pouvoir de l'armée serbe et nous avons enduré beaucoup trop de souffrances il y a 20 ans pour que nous l'oubliions», a-t-il rappelé, avant donc d'ajouter que le devoir de son pays était désormais de «pardonner» à l'alliance atlantique.

Le Kosovo, pomme de discorde

Quelques jours plus tôt, le 12 mars, le ministre serbe de l’Innovation et du Développement technologique et président du Parti populaire serbe Nenad Popovic avait lui aussi insisté sur la volonté de Belgrade de préserver son indépendance : «La Serbie reste fermement sur ses positions de neutralité militaire : notre pays ne sera jamais membre de l’OTAN. 99% des citoyens de la République serbe expriment clairement cette position. Et nous nous tenons à la neutralité militaire.»

Le ministre était également revenu sur le point majeur de discorde entre occidentaux et Serbes, à savoir le statut du Kosovo. Ainsi selon Nenad Popovic, la campagne militaire de l'OTAN, dont «le seul but [était] de retirer le Kosovo à la Serbie», n’a pas été «couronnée de succès», le Kosovo restant en vertu de la Constitution serbe, une province autonome du pays. «Heureusement que cette agression sans précédent, que l’histoire mondiale n’a pas connu depuis 50 ans, a échoué. Plus précisément, elle n’a débouché sur aucun résultat, puisque le Kosovo fait toujours partie de la Serbie», a soutenu Nenad Popovic.

Près d'une décennie après la guerre, le 17 février 2008, le Kosovo a pourtant déclaré son indépendance, soutenu, dans une séquence minutieusement préparée, par les principaux pays occidentaux, en premier lieu desquels les Etats-Unis. Toutefois, cette déclaration a largement divisé la communauté internationale, puisque outre la Serbie, deux membres du Conseil de sécurité, la Russie et la Chine, n'ont pas reconnu cette indépendance et ont donc bloqué l'entrée du Kosovo à l'ONU.

Une situation aujourd'hui encore inextricable qui aurait pu être tout autre si l'équilibre géopolitique avait été différent à l'époque de la guerre. C'est en substance ce qu'avait confié en avril 2018 Ivica Dacic, le ministre serbe des Affaires étrangères, estimant que si le conflit avait eu lieu aujourd'hui, la Russie n'aurait pas hésité à intervenir. «Je voudrais vous rappeler que la Russie se trouve en Syrie suite à l’invitation du gouvernement syrien. Et maintenant, figurez-vous quelle pourrait être notre histoire si [Vladimir] Poutine avait été président de la Russie en 1999 et que la Russie avait été la même que de nos jours, et que nos dirigeants avaient demandé de l’aide aux Russes ?»

Lire aussi : Kosovo : prime à la mafia

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»