Algérie : Washington et l'UE appellent à respecter le droit de manifester et la liberté d'expression

Algérie : Washington et l'UE appellent à respecter le droit de manifester et la liberté d'expression© Ammar Awad, Francois Lenoir Source: Reuters
Drapeaux américain et européen (image d'illustration).

L'administration américaine ainsi que la Commission européenne ont réagi à la multiplication de manifestations à travers le pays. L'annonce de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat a suscité une vague de contestation en Algérie.

«Les Etats-Unis soutiennent le peuple algérien et leur droit à manifester pacifiquement» a déclaré ce 5 mars Robert Palladino, porte-parole de la diplomatie américaine. Première réaction de l'administration américaine depuis le début des manifestations algériennes, cette déclaration est intervenue quelques heures après la prise de position de l'UE sur la situation dans le pays.

En effet, dans la même journée, la porte-parole de la Commission européenne, Maja Kocijancic, avait appelé l'Algérie au respect «de la liberté d'expression et de réunion». «Quand on parle de manifestation, les droits de liberté d'expression et de réunion sont inscrits dans la Constitution algérienne», a notamment déclaré celle qui porte la voix de l'exécutif européen.

En outre, elle a souligné l'importance selon elle, du partenariat entre l'UE et l'Algérie, expliquant la volonté de Bruxelles «de créer un espace commun de stabilité, de démocratie et de prospérité partagées».

Depuis l’officialisation le 10 février de la candidature du président algérien à sa propre succession, l’Algérie est le théâtre d’importantes manifestations. La perspective d’un cinquième mandat du chef de l’Etat est en effet loin de susciter l’unanimité au sein de la population et divise plus que jamais la classe politique. En cause, notamment : l'incapacité actuelle des partis traditionnels de l’opposition à incarner, aux yeux de protestataires, une alternative crédible face à un camp présidentiel déterminé à rester aux commandes du pays.

Lire aussi : Crise en Algérie : le difficile rôle d’équilibriste de Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»