«S'ils veulent aider, qu'ils mettent fin aux sanctions» : le Venezuela refuse l'aide humanitaire

«S'ils veulent aider, qu'ils mettent fin aux sanctions» : le Venezuela refuse l'aide humanitaire© Luisa Gonzalez Source: Reuters
Un officier de police marche sur le pont transfrontalier Tienditas entre la Colombie et le Venezuela, à Cucuta, en Colombie, le 6 février 2019.

Les autorités vénézuéliennes refusent l'aide humanitaire de Washington organisée par l'opposant Juan Guaido. Nicolas Maduro a rejeté cet «aumône» et demandé la levée du blocus et des sanctions économiques contre son pays.

Deux conteneurs bleus et une citerne rouge ont été placés en travers des voies du pont de Tienditas, à la frontière entre la Colombie et le Venezuela : le gouvernement vénézuélien refuse en effet de recevoir l'aide humanitaire en provenance des Etats-Unis, qu'il considère comme un cheval de Troie pour justifier une intervention militaire évoquée par Washington.

«Ils veulent envoyer deux petits camions avec quatre marmites. Le Venezuela n'a pas besoin de demander l'aumône. S'ils veulent aider, qu'ils mettent fin au blocus et aux sanctions», a lancé le président Nicolas Maduro, assurant qu'il ne permettrait pas qu'on «humilie» son pays avec un «show d'aide humanitaire».

Ce n'est pas la première fois que Nicolas Maduro demande la levée du blocus économique, en grande partie responsable des difficultés que connaît son pays. Depuis 2014, plusieurs séries de sanctions économiques internationales provenant principalement des Etats-Unis et de leurs alliés ont frappé les Vénézuéliens. Washington a annoncé le 28 janvier de nouvelles sanctions contre la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA, lui interdisant toute relation commerciale avec des entités américaines ; les Etats-Unis ont gelé dans le même temps ses avoirs à l'étranger dont le montant est évalué à sept milliards de dollars. 

L'opposant vénézuélien Juan Guaido, qui s'est auto-proclamé président par intérim du pays, avait annoncé le 2 février l'arrivée dans les prochains jours d'une aide humanitaire destinée au Venezuela dans trois centres de collectes : à la frontière colombienne, au Brésil et sur une île des Caraïbes. Bogota et Caracas n'ont pourtant plus de relations depuis 2017 et le président colombien Ivan Duque est l'un des plus fervents promoteurs de la politique de pression diplomatique contre Nicolas Maduro.

Le Venezuela, pays qui détient les plus grandes réserves prouvées de pétrole brut au monde avec 301 milliards de barils (soit environ 17,7% du total mondial), traverse d'importantes difficultés économiques, qui se matérialisent principalement par une inflation galopante et des pénuries, souvent orchestrées par l'opposition. Le pétrole, richesse convoitée par les grandes puissances, est selon le président Nicolas Maduro la cause de l'ingérence américaine dans les affaires de son pays. Dans un entretien accordé à RT le 4 février, le président vénézuélien a déclaré : «Quel est le casus belli de Donald Trump contre le Venezuela? Le casus belli est le pétrole du Venezuela, les richesses du Venezuela, son or, son gaz, son fer, ses diamants et d’autres richesses matérielles.»

Semblant confirmer cette analyse, le 6 février, Juan Guaido a fait savoir aux Etats-Unis que la compagnie de pétrole nationale PDVSA, pourrait s'ouvrir aux investissements étrangers. Pour ce faire, la loi verrouillant le capital de la société, détenu à 51% minimum par l'Etat, devra être modifiée. La Constitution vénézuélienne de 1999 établit que l'entreprise ne peut être privatisée et garde le monopole des hydrocarbures se trouvant dans le sous-sol vénézuélien.

Meriem Laribi

Lire aussi : Venezuela : «L’Union européenne marche de nouveau dans les pas des Etats-Unis», selon Lavrov

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»