La Russie est prête «à travailler pour sauver le traité» FNI, selon Sergueï Lavrov

La Russie est prête «à travailler pour sauver le traité» FNI, selon Sergueï Lavrov© Maxim Shemetov Source: Reuters
Sergueï Lavrov le 16 janvier 2019.

Lors d'une conférence de presse, le chef de la diplomatie russe a fait savoir que la Russie était disposée à travailler avec les Etats-Unis dans l'optique de sauver le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire.

La Russie est prête à œuvrer pour sauver le traité historique sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) et espère que Washington adoptera une approche responsable des traités de maîtrise des armements. C'est ce qu'a fait savoir ce 16 janvier le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov.

«Nous sommes comme toujours prêts à travailler pour sauver le traité», a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse annuelle, appelant les pays européens à soutenir Moscou dans ces négociations. «J'espère que les pays européens, qui ont peut-être plus d'intérêts la-dedans que n'importe qui d'autre, vont aussi mettre leurs forces pour ne pas coller à la position américaine [...] et vont essayer de pousser Washington à avoir une position plus responsable», a-t-il poursuivi.

Washington a menacé de se retirer du pacte de 1987, alléguant qu'un nouveau missile russe violerait le traité, qui interdirait à l'une ou l'autre partie de placer des missiles terrestres de courte et moyenne portée en Europe.

Washington affirme que la portée du nouvel armement russe mettait Moscou hors du traité. Des diplomates russes et américains ont mené la veille à Genève des discussions sur le traité FNI, sans parvenir à un terrain d'entente. Washington accuse Moscou de violer ce traité datant de la Guerre froide et a adressé le 4 décembre un ultimatum de 60 jours à la Russie pour se conformer aux obligations qui en découlent.

A l'issue de la réunion de Genève, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, avait accusé les Etats-Unis d'être «complètement» responsables d'une éventuelle rupture du traité, ajoutant que la Russie avait fait des propositions pour sortir de l'impasse.

Lire aussi : Lavrov aimerait que l'UE renoue avec «la période des grands Européens comme de Gaulle»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter