Lavrov aimerait que l'UE renoue avec «la période des grands Européens comme de Gaulle»

Lavrov aimerait que l'UE renoue avec «la période des grands Européens comme de Gaulle»© Kyrill Kudryatsyev Source: AFP
Sergueï Lavrov lors de sa conférence de presse annuelle le 16 janvier 2018 à Moscou.

Le ministre russe des Affaires étrangères a déploré les pressions exercées par l'UE, notamment sur la Serbie, afin de réduire les options politiques de certains Etats à une opposition entre Moscou et Bruxelles.

Lors de sa conférence de presse annuelle, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a évoqué la figure du général de Gaulle. Interrogé sur la diplomatie européenne, notamment par rapport au Brexit et à la Serbie, le chef de la diplomatie russe a expliqué qu'il rejetait la vision selon laquelle, sur la scène internationale et plus particulièrement européenne, les Etats seraient confrontés à un choix binaire opposant Bruxelles et Moscou.

«C'est une mentalité qui relève du passé, ce sont les vieilles injonctions coloniales», a-t-il estimé. S'appuyant sur l'exemple de la Serbie, il a développé : «L'UE ne se gêne pas pour dire que la Serbie doit reconnaître l'indépendance du Kosovo et doit rejoindre la politique européenne à l'égard de la Russie : c'est indécent.» 

Le chef de la diplomatie russe a en outre déploré les injonctions comminatoires de Bruxelles à l'égard d'autres Etats : «L'UE est fière de son unité, mais l'unité s'obtient ces derniers temps [...] en exigeant des autres des prises de position à l'égard de la Russie qui sont des préjugés et ne sont pas cohérentes.» «Je propose que l'on revienne à la période où les grands Européens, qu'il s'agisse de de Gaulle ou autre, promouvaient leur rêve européen, leur idée "de l'Atlantique à l'Oural"», a-t-il ajouté.

Sergueï Lavrov a en outre souhaité que la diplomatie internationale renoue avec «une philosophie de coopération, de travail concerté et d'équilibre, sans que les uns cherchent à imposer leur vision aux autres.»

Lire aussi : La Bosnie dans l’OTAN, un scénario catastrophe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter