Bolsonaro ouvert à l'idée d'une base militaire américaine au Brésil, le Venezuela en ligne de mire

Bolsonaro ouvert à l'idée d'une base militaire américaine au Brésil, le Venezuela en ligne de mire© Pilar Olivares Source: Reuters
Le nouveau président du Brésil, Jair Bolsonaro, passe en revue les troupes après la cérémonie d'investiture, à Brasilia, au Brésil, le 1er janvier 2019.

Le président brésilien a assuré que son rapprochement avec Washington pouvait être d'ordre militaire. Nourrissant de l'hostilité envers le Venezuela, il s'est dit ouvert à une discussion sur l'installation d'une base militaire américaine au Brésil.

Le président brésilien Jair Bolsonaro est ouvert à l'idée d'avoir «à l'avenir» une discussion sur l'installation éventuelle d'une base militaire américaine sur le territoire brésilien.

«Selon ce qui pourrait se passer dans le monde, qui sait si nous aurons à discuter de cette question à l'avenir», a déclaré le nouveau président à la chaîne SBT, à l'occasion de sa première interview télévisée depuis son investiture le 1er janvier. 

Confirmant par cette annonce sa ligne résolument pro-américaine, le nouveau dirigeant brésilien s'est dit préoccupé par les relations militaires entre le Venezuela et la Russie

Les manœuvres militaires conjointes effectuées début décembre par le Venezuela et la Russie sur le territoire vénézuélien, avec notamment la présence de deux bombardiers stratégiques russes, ne sont pas du goût de Jair Bolsonaro. «Comme c'était prévu, la Russie a fait une manœuvre au Venezuela, nous savons quelle est l'intention du gouvernement de Maduro. Le Brésil doit s'inquiéter à ce sujet», a-t-il déclaré. 

«Mon rapprochement avec les Etats-Unis est économique, mais il peut aussi être militaire», a-t-il ajouté. Jair Bolsonaro a rencontré le 2 janvier à Brasilia le secrétaire d'État américain Mike Pompeo. Les deux hommes se sont engagés à renforcer la coopération entre leurs deux pays dans les domaines économiques et de la sécurité, ainsi que dans la lutte contre les «régimes autoritaires» du Venezuela et de Cuba. Le même jour, Mike Pompeo et le président colombien, Ivan Duque, ont également convenu d'unir leurs efforts en vue d'isoler diplomatiquement le gouvernement vénézuélien du président Nicolas Maduro et de «soutenir» ou de «rétablir» la «démocratie» dans ce pays.  

Le président socialiste vénézuélien Nicolas Maduro a récemment accusé les Etats-Unis de vouloir le renverser avec la complicité de la Colombie et du Brésil. L'administration américaine n'a d'ailleurs pas démenti cette information. Début septembre, le Conseil national de sécurité (NSC) de la Maison Blanche a publié une déclaration dans laquelle il affirmait : «La préférence politique des Etats-Unis pour un retour pacifique et ordonné à la démocratie au Venezuela demeure inchangée.» 

Lire aussi : Brésil : Bolsonaro entame son mandat en présence de Viktor Orban et Benjamin Netanyahou

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»