Venezuela : Washington ne dément pas vouloir renverser «démocratiquement» Maduro

Venezuela : Washington ne dément pas vouloir renverser «démocratiquement» Maduro© Marco Bello Source: Reuters
Conférence de presse au palais Miraflores à Caracas, au Venezuela, le 3 septembre 2018.

Invitée à réagir sur les révélations du New York Times à propos de réunions se tenant à Washington en vue de renverser Nicolas Maduro, l'administration américaine a déclaré vouloir restaurer la démocratie au Venezuela.

Washington continue à «préférer» une restauration pacifique de la «démocratie» au Venezuela, selon les termes de la Maison Blanche en réaction aux informations révélées par le New York Times le 8 septembre sur les contacts présumés de responsables américains de l'administration Trump avec des officiers militaires vénézuéliens cherchant à organiser un coup d’Etat. L’administration américaine organiserait, selon le quotidien, des réunions depuis un an avec un groupe d’officiers vénézuéliens qui cherchent à renverser le président du pays Nicolas Maduro.

Lire aussi : Venezuela : des responsables américains auraient évoqué un coup d'Etat avec des opposants à Maduro

En réponse à cette révélation explosive, le Conseil national de sécurité (NSC) de la Maison Blanche a publié une déclaration dans laquelle il affirme : «la préférence politique des Etats-Unis pour un retour pacifique et ordonné à la démocratie au Venezuela demeure inchangée». Garret Marquis, le porte-parole du NSC a également affirmé que «le gouvernement des Etats-Unis entend[ait] les préoccupations quotidiennes des Vénézuéliens». «Ils partagent un objectif commun : la reconstruction de la démocratie dans leur pays», a-t-il encore estimé. Le haut responsable, qui n’a pas nié explicitement les informations publiées dans le New York Times, a poursuivi : «Une solution durable à la crise qui s'aggrave au Venezuela ne peut être trouvée qu'après le rétablissement de la gouvernance par des moyens démocratiques, l'Etat de droit, le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales.»

Scandalisé, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza a immédiatement réagi sur Twitter : «Nous dénonçons devant le monde entier les plans d'intervention et le soutien aux conspirations militaires du gouvernement des Etats-Unis contre le Venezuela. Dans les médias américains eux-mêmes, des preuves nouvelles et grossières sont révélées.»

Selon les informations rapportées par le New York Times, les Etats-Unis auraient prévu d’envoyer un certain Juan Cruz, un ancien officier de la CIA, en vue d'organiser un coup d'Etat au Venezuela, avant de se rabattre finalement sur un «diplomate de carrière».

Le gouvernement vénézuélien affirmait dès le 5 août que l'attaque aux drones explosifs qui avait visé Nicolas Maduro le 4 août à Caracas avait été «planifiée et exécutée depuis le territoire des Etats-Unis», une thèse catégoriquement rejetée par Washington.

En outre, Donald Trump avait suscité la colère de Caracas et un tollé en Amérique latine en évoquant, en août 2017, une «possible option militaire» au Venezuela. La Maison Blanche avait ensuite tenté de rectifier le tir en affirmant qu'aucune action militaire n'était prévue dans un futur proche.

Lire aussi : L'émigration vénézuélienne : enjeux politiques autour d’un drame humain

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter