Farouchement opposé à l’accord de paix avec les ex-Farc, Ivan Duque élu à la tête de la Colombie

Farouchement opposé à l’accord de paix avec les ex-Farc, Ivan Duque élu à la tête de la Colombie© RAUL ARBOLEDA Source: AFP
Le président colombien fraîchement élu, Ivan Duque, célèbre sa victoire avec ses partisans à Bogota, le 17 juin 2018

Ivan Duque a réitéré le 17 juin son souhait d’apporter des «corrections» à l'accord de paix historique qui a permis de désarmer les ex-guérilleros des Farc et leur permettre d’entrer en politique. Ces derniers l’ont appelé au «bon sens».

Sourire et poing levé, Ivan Duque a savouré sa victoire (53,8% des voix) devant ses supporters en liesse ce 17 juin à Bogota. Opposé au candidat de gauche, Gustavo Petro, le protégé de l’ancien président Alvaro Uribe (2002-2010) a réussi son pari : convaincre les Colombiens de changer de modèle économique mais surtout, reconsidérer l’accord de paix historique conclu en septembre 2016 entre son prédécesseur, Juan Manuel Santos, et les ex-membres des Farc, désormais autorisés à s'investir en politique. Consultés par référendum en octobre 2016, une courte majorité de Colombiens (50,23%) avait pourtant rejeté cette initiative.

Une reconversion qui n'est également pas du goût d’Ivan Duque. A peine élu à la magistrature suprême, il a promis qu’il procéderait à des «corrections», après avoir assuré au cours de sa campagne présidentielle que les ex-chefs des Farc, accusés d’avoir perpétré de graves crimes, seraient condamnés et interdits de siéger au Parlement.

Contourner cet objectif [de réconciliation] ne peut être un programme de gouvernement

Un changement de cap qui a fait réagir les anciens guérilleros désormais réunis au sein d’un parti politique éponyme. «Il est nécessaire que le bon sens s'impose ; ce que le pays demande c'est une paix intégrale, qui nous mène vers la réconciliation attendue [...]. Contourner cet objectif ne peut être un programme de gouvernement», peut-on lire dans un communiqué publié par le parti quelques heures après la victoire du chef de file de la droite colombienne.

L’appel des anciens membres de la rébellion marxiste à rencontrer le nouveau président n’a pas reçu, pour l’heure, de réponse de l’intéressé.

Lire aussi : Représentant des FARC : «Le prix Nobel, nous y avons un peu de mérite» (EXCLUSIF de RT)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»