Après les accusations du CSA britannique contre RT, la BBC dans le viseur en Russie

Après les accusations du CSA britannique contre RT, la BBC dans le viseur en Russie © Andrew Winning Source: Reuters
Image d'illustration. Siège de la BBC à Londres

Le Roskomnadzor a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les publications de la BBC en Russie. Une réaction aux accusations portées par le régulateur britannique, Ofcom, contre RT au Royaume-Uni.

Les publications de la BBC en Russie vont être passées au crible par le Roskomnadzor, l'équivalent russe du CSA français ou de l'Ofcom britannique. L'autorité de régulation des médias russes a annoncé le 21 décembre dans un communiqué avoir «mis en place des mesures de contrôle» à l'encontre de la chaîne d'info en continu britannique BBC World News et des sites internet de la BBC dans le pays.



L'organisme, qui a précisé vouloir vérifier «la conformité à la législation russe» du travail de la BBC, ne fait pas mystère du caractère réciproque de la mesure, décrite comme «liée à la décision du régulateur britannique, Ofcom». L'organisme avait la veille publié un rapport sur RT, accusé d'avoir enfreint les règles d'impartialité dans sept cas sur dix examinés. Cinq des cas pointés du doigt concernent des émissions-débats animées par George Galloway et Peter Lavelle, deux sont liés à des informations diffusées par la chaîne. 

Ces violations supposées constituent pour l'Ofcom «un manquement grave aux règles audiovisuelles». L'organisme a précisé avoir informé RT de «la possibilité de leur imposer des sanctions». 

«Hier, le régulateur britannique a trouvé SEPT violations sorties de nulle part. Et ils ont fait clairement comprendre qu'ils vont retirer notre licence», a réagi sur Twitter Margarita Simonian, la rédactrice en chef monde de RT, qui a par ailleurs qualifiées de «délire», les accusations proférées par l'organisme. 

«Je compatis sincèrement avec les correspondants de la BBC, dont beaucoup sont de vrais professionnels qui assument honnêtement leur devoir journalistique. Mais l'ingérence grossière du gouvernement britannique dans le travail des médias russes (la propagande visant RT, les tentatives de diffamation envers nos journalistes, etc.) ne nous laisse pas d'autre choix que de répondre de la même manière », a justifié quant à elle la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, sur Facebook. 

«Comme partout dans le monde, la BBC travaille en Russie en entière conformité avec les lois et les règlements du pays afin de fournir des informations indépendantes à son audience», a commenté pour sa part un porte-parole de la BBC auprès de l'AFP. 

Les émissions pointées du doigt par l'Ofcom ont été diffusées entre le 17 mars et le 26 avril. Deux d'entre elles abordaient la réaction de Londres à l'empoisonnement, en mars, de Sergueï Skripal à Salisbury, dans le sud de l'Angleterre. Les relations entre le Royaume-Uni et la Russie s'étaient fortement dégradées à l'occasion de cet épisode. 

Lire aussi : Liberté d'expression menacée ? Pourquoi la nouvelle loi contre la désinformation fait polémique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»