EN CONTINU : Crise diplomatique entre le Royaume-Uni et la Russie

EN CONTINU : Crise diplomatique entre le Royaume-Uni et la Russie© Peter Nicholls Source: Reuters
Ambassade de la Fédératon de Russie à Londres

L'empoisonnement d'un ex-agent double a conduit le Royaume-Uni à annoncer une série de sanctions contre la Russie, accusée par Londres d'être «coupable» de cette «tentative d'assassinat». Suivez les dernières évolutions de cette crise diplomatique.

Mise à jour automatique
  • Le Premier ministre britannique Theresa May a estimé le 17 mars que les mesures de rétorsion prises par Moscou en réaction aux sanctions britanniques ne changeaient «rien aux faits» et à la culpabilité de la Russie dans l'empoisonnement d'un ex-agent double russe et de sa fille en Angleterre.

    «La réponse de la Russie ne change rien aux faits : la tentative d'assassinat de deux personnes sur le sol britannique, pour laquelle il n'existe pas d'autre conclusion que celle de la culpabilité de l'Etat russe», a résumé le chef du gouvernement lors d'un discours prononcé au congrès du Parti conservateur, à Londres.

    Elle a également précisé : «Aux côtés de nos alliés, nous allons réfléchir aux prochaines étapes dans les jours qui viennent.» 

    Un Conseil de sécurité nationale doit également se tenir «en début de semaine prochaine» pour statuer sur la suite des événements, d'après le ministère des Affaires étrangères britannique.

  • Le ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré «avoir anticipé une telle réponse», en référence à l'annonce du ministère russe des Affaires étrangères d'expulser 23 diplomates britanniques ce 17 mars. Il a également fait savoir que le Conseil national de sécurité se réunirait en début de semaine prochaine pour étudier les prochaines étapes que le Royaume-Uni envisagerait dans l'affaire Skripal.

  • Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré le 17 mars que 23 diplomates britanniques seraient expulsés, en réponse à l'annonce de Theresa May du 14 mars d'expulser 23 diplomates russes. Ils devront quitter le territoire russe «dans la semaine». Moscou a également annoncé qu'il fermerait le British Council, la représentation culturelle britannique, en Russie, et qu'il retirerait au Royaume-Uni le droit d'ouvrir un consulat général à Saint-Pétersbourg.

  • Selon l'agence TASS, le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué le 17 mars l'ambassadeur du Royaume-Uni à Moscou Laurie Bristow.

  • Le Kremlin réagit à la déclaration américaine selon laquelle la Russie serait liée à l'attaque contre Sergueï Skripal. Moscou rappelle à Washington qu'il n'y a pour l'heure «aucune preuve» à ces allégations.

  • L'ambassadeur de Russie à Londres, Alexander Yakovenko, a reçu une note diplomatique l'informant que Sergueï Skripal et sa fille Yulia étaient dans un état critique, a fait savoir l'agence de presse RIA. L'ambassadeur estime toutefois que les informations reçues sont «insuffisantes» pour la Russie.

  • Selon une source européenne citée par l'AFP, l'affaire de l'ex-espion russe a été ajoutée à l'agenda du sommet de l'Union européenne qui se tiendra à Bruxelles les 22 et 23 mars prochain.

  • Le Comité d'enquête russe annonce qu'il lance une investigation pour «tentative d'assassinat» de la fille de l'ex-espion Sergueï Skripal, Youlia Skripal. Il se dit «prêt à travailler avec les organismes compétents en Grande-Bretagne».

    L'enquête sera diligentée par le département du Comité d'enquête chargé des cas criminels les plus importants. Elle concernera également l'affaire Nikolaï Glouchkov, exilé russe au Royaume-Uni et ancien allié du défunt oligarque Boris Berezovski, retrouvé mort dans des circonstances inexpliquées à Londres le 12 mars dernier.

  • Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a expliqué ce 16 mars : «Nous n'avons rien contre le peuple russe, notre problème est avec Poutine et le Kremlin». Il a ajouté qu'il était «très probable» que c'était «la décision de Vladimir Poutine» d'utiliser un agent innervant sur le sol britannique. Cet agent, le Novichok, a été «développé par la Russie et stocké illégalement par la Russie», a-t-il ajouté.

  • Le Kremlin a assuré que sa riposte devrait venir «d'une minute à l'autre» après l'annonce par Londres de l'expulsion de 23 diplomates russes à la suite de l'empoisonnement d'un ex-agent double russe réfugié en Angleterre.

    Cette riposte de Moscou sera «mûrement réfléchie» et «totalement conforme aux intérêts de notre pays», a ajouté aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Découvrir plus

Le 14 mars, lors d'une allocution devant les députés britanniques, le Premier ministre Theresa May a directement tenu Moscou pour responsable de l'empoisonnement d'un ex-agent double, Sergueï Skripal. Elle a annoncé une série de sanctions : outre l'expulsion de 23 diplomates, aucun membre de la famille royale ne se rendra en Russie pour la Coupe du monde de football. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter