Pacte de Marrakech : le Premier ministre belge démissionne à la suite des nationalistes flamands

- Avec AFP

Pacte de Marrakech : le Premier ministre belge démissionne à la suite des nationalistes flamands© Piroschka Van De Wouw Source: Reuters
Charles Michel, le 14 décembre 2018.

Le Premier ministre belge Charles Michel a annoncé sa démission devant la chambre des députés, prenant acte du fait que son appel à rester en place après la démission des ministres nationalistes flamands n'avait pas été entendu.

Le pacte mondial de l'ONU sur les migrations aura eu raison du gouvernement belge : le Premier ministre Charles Michel a annoncé ce 18 décembre la démission de son gouvernement de centre droit, neuf jours après le départ des ministres nationalistes flamands, qui s'opposaient à ce que la Belgique soutienne le pacte onusien controversé.

Le chef de l'exécutif belge en a fait l'annonce à l'issue d'un débat au Parlement au cours duquel il avait appelé l'opposition à le soutenir au coup par coup, sur plusieurs thèmes-clés, pour permettre au gouvernement de continuer à travailler. Un appel qui «n'a pas été entendu», a déploré Charles Michel à l'issue d'une suspension de séance, tandis que socialistes et écologistes annonçaient le dépôt d'une motion visant à le renverser.

«Je prends donc la décision de présenter ma démission et mon intention est de me rendre chez le roi immédiatement», a déclaré ce dirigeant libéral francophone, qui dirigeait le gouvernement depuis octobre 2014.

Depuis le 9 décembre, date du départ des ministres nationalistes flamands de la N-VA, Charles Michel était à la tête d'un gouvernement privé de majorité à la Chambre des députés.

Le parti flamand N-VA, dirigé par le maire d'Anvers, Bart De Wever, avait posé certaines conditions pour continuer à soutenir le gouvernement «Michel II» et à voter notamment le projet de budget 2019. Mais ces conditions, parmi lesquelles la possibilité de rouvrir des discussions constitutionnelles, ont été jugées «inacceptables» par le Premier ministre.

La N-VA, la première force politique à la Chambre avec 31 députés sur un total de 150, avait retiré son soutien à la coalition à la veille du déplacement de Charles Michel pour approuver le pacte sur les migrations au nom de la Belgique, le 10 décembre à Marrakech.

Lire aussi : «Marche contre Marrakech» : affrontements près de la Commission européenne à Bruxelles (IMAGES)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»