Lutte contre la radicalisation : pour une mère de djihadiste, le soutien aux familles est primordial

Lutte contre la radicalisation : pour une mère de djihadiste, le soutien aux familles est primordial
Saliha Ben Ali évoque sur RT France, le phénomène de la radicalisation chez les jeunes.

Mère de Sabri, parti rejoindre les rangs de Daesh en Syrie, Saliha Ben Ali s'est exprimée pour RT France sur les voies et moyens pour prévenir la radicalisation. Pour elle, ce travail de prévention doit intervenir au sein de la cellule familiale.

Saliha Ben Ali est présidente de SA.V.E. Belgium, une association qui lutte contre la radicalisation. Pour RT France, elle a notamment accepté de revenir sur le parcours de son fils Sabri, parti en 2013 rejoindre les rangs de Daesh en Syrie, alors qu'il avait 19 ans. 

En préambule, Saliha Ben Ali a pointé la responsabilité de certaines organisations dans la radicalisation des jeunes et notamment celle de son fils : «Dans notre quartier, sont arrivés des groupes de prêcheurs islamistes radicaux [comme] sharia for Belgium. Un groupe de prédicateurs extrémistes qui venaient prêcher la bonne parole dans la rue et qui avaient un agenda politique, qui était celui d’envoyer des jeunes utopistes comme mon fils vers la mort.»                                    

Cette douloureuse expérience a conduit cette mère de famille à ne plus croire en la déradicalisation. Pour éviter l’enrôlement de jeunes au sein d’organisations terroristes, elle estime que seul un accompagnement des familles était nécessaire.

Un accompagnement que son association s'efforce d'assurer : «On va travailler sur le jeune, au travers des familles. On va les outiller [pour] pénétrer l’univers de ce jeune et lui permettre d’avoir la possibilité de s’en sortir.» Pour Saliha Ben Ali, ce soutien constitue le dispositif le plus efficace pour lutter contre la radicalisation.

Un avis partagé par Sébastien Boussois, docteur en sciences politiques, également invité par RT France à s'exprimer sur le sujet de la prévention de la radicalisation. Selon lui, les campagnes de prévention menées par certaines associations, constituent un outil efficace pour éloigner les jeunes de l'idéologie djihadiste. Il estime qu'il est plus pertinent de rediriger les fonds alloués à l'armée pour assurer la sécurité de certains quartiers de Bruxelles, vers les associations qui interviennent sur le terrain pour prévenir la radicalisation. 

Lire aussi : La France rapatriera les enfants de djihadistes des camps d'Irak et de Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter