La France rapatriera les enfants de djihadistes des camps d'Irak et de Syrie

La France rapatriera les enfants de djihadistes des camps d'Irak et de Syrie© Stringer Source: AFP
La Française Mélina Boughedir condamnée le 3 juin 2018 par un tribunal irakien à la prison à perpétuité pour appartenance au groupe djihadiste Etat islamique. Trois de ses enfants ont été renvoyés en France

Les enfants mineurs nés de mères djihadistes présumées ou compagnes de djihadistes, retenus en Syrie ou en Irak, seront bientôt rapatriés en France. Leurs mères, elles, seront jugées sur place.

La France, toujours embarrassée par l'épineuse question des combattants français en Syrie, a annoncé le 24 octobre vouloir rapatrier une partie des quelque 150 enfants de djihadistes français signalés dans le pays, dans les zones contrôlées par les Kurdes.

«On les rapatriera autant que possible à condition que la mère soit d'accord. On a commencé à regarder comment les choses peuvent se faire», a déclaré une source française sous couvert d'anonymat.

Ces enfants, retenus dans le nord de la Syrie avec leurs mères dans des camps gérés par les militaires kurdes depuis l'effondrement de l'Etat islamique en 2017, ont été signalés sur place ou par les familles en France. Seule une partie d'entre eux ont toutefois été identifiés et localisés avec précision, ouvrant la voie au rapatriement.

Les enfants ont pour la plupart moins de six ans et sont donc nés sur place. Les mères, elles, resteraient en Syrie.

Il existe un dernier cas de figure : celui des enfants orphelins retenus dans les camps. Maître Samia Maktouf, connue pour avoir avoir déposé une plainte contre X au nom de 17 familles de victimes du Bataclan, souhaite exfiltrer ces petits sans protection : «Je représente des grands-parents qui souhaitent le retour de ces enfants nés dans la terreur.» «Il faut prioritairement les sauver, car un danger imminent pèse sur leur vie, vu qu'ils vivent dans les camps, dans une zone de non-droit. Leur exfiltration est une nécessité et une urgence. D'autant que ces enfants abandonnés ne représentent pas une menace pour la France», argumente-t-elle.

Ces orphelins stagnent dans les camps depuis plus d’un an. Pourquoi leur rapatriement, non conditionné à la volonté de la mère, prend-il autant de temps ? «Le quai d’Orsay était dans une phase préliminaire pour identifier les enfants, il faut des laissez-passer, la France n’a pas de relation diplomatique avec la Syrie…» L’avocate veut aujourd’hui que la question soit traitée avec toute la diligence qui s'impose : «J’ai lancé des appels au quai d’Orsay, je suis consciente qu’il est actif dans cette phase préliminaire, mais il faut passer à l’action rapide, qui permettra le rapatriement. Ils sont inoffensifs, ils n’ont pas tué. Ils seront probablement affectés par ce qu’ils ont vécu : on ne peut pas faire durer cette situation.»

Les mères jugées en Irak ou en Syrie

A l'instar de nombreux pays occidentaux qui ne souhaitent pas voir revenir sur le sol national des djihadistes, la France exclut tout retour des adultes, combattants ou épouses, considérées comme des militantes de l'EI, au grand dam des avocats représentant les familles en France. «Ceux qui ont commis des délits ou des crimes en Irak et Syrie doivent être jugés en Irak et Syrie», martèle-t-on toutefois au ministère des Affaires étrangères. «L'exception, c'est les mineurs, dont la situation sera examinée au cas par cas. On a un devoir particulier de sauvegarder l'intérêt supérieur de l'enfant», a-t-elle ajouté.

Nombre d’observateurs ont relevé que les enfants risquaient, en restant dans les camps, de grandir dans un huis clos radicalisé, d'y être endoctrinés au contact des adultes et de devenir eux-mêmes à terme des «bombes à retardement».

L'annonce du Quai d'Orsay a été fraîchement accueillie par les avocats des Françaises retenues en Syrie, qui dénoncent depuis le départ leur détention illégale assortie de très mauvaises conditions sanitaires. «C'est scandaleux et hypocrite de la part du gouvernement français», a déclaré à l'AFP maître Bruno Vinay, avocat d'Emilie König, la plus connue des détenues françaises chez les Kurdes. «La France laisse ces femmes seules face au choix inhumain de se séparer de leurs enfants. Vu que c'est tout ce qu'il leur reste, il est possible que seule une minorité accepte de s'en séparer», estime-t-il. 

«Je ne comprends pas la manière dont cette affaire est gérée depuis le début. Le rapatriement de ces enfants sera d'autant plus douloureux qu’on a attendu 18 mois pour le faire», a de son côté affirmé à l'AFP Marie Dosé, avocate de plusieurs autres Françaises détenues dans les camps kurdes.

Négociations avec les autorités kurdes : la France contre le retour des djihadistes

Au total, une quarantaine de familles, mères et enfants, ont été signalées en Syrie, selon la source française. Dans l'Irak voisin, seules trois familles de djihadistes français ont été recensées. Une des mères, Mélina Boughedir, condamnée à la perpétuité en juin 2018, a accepté de laisser partir trois de ses enfants. 

Les Kurdes affirment détenir eux plus de 900 combattants étrangers de l'EI originaires de 44 pays, qui représentent un casse-tête judiciaire et sécuritaire pour Paris. Ils appellent leurs pays d'origine à les rapatrier mais, à quelques exceptions près (Russie, Indonésie, Soudan) ceux-ci se montrent souvent réticents devant l'hostilité de leurs opinions publiques. La France, qui a participé aux opérations contre l'EI, dément tout accord avec les Kurdes. «Mais les Kurdes connaissent notre position. Ils savent que nous ne souhaitons pas les faire revenir», assure la source citée.

Un commandant militaire kurde sous couvert d'anonymat évoque des «réunions» avec le gouvernement français : «Mais on ne veut pas faire pression pour qu'il reprenne les djihadistes français, ni le mettre dans l'embarras.»

Lire aussi : 120 enfants de djihadistes français sont détenus en Syrie et seront rapatriés «au cas par cas»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»