L'OTAN lance en Norvège son plus grand exercice militaire depuis la fin de la guerre froide

L'OTAN lance en Norvège son plus grand exercice militaire depuis la fin de la guerre froide © Ints Kalnins Source: Reuters
Des soldats américains prenant part à un exercice de l'OTAN à Adazi, en Lettonie, le 23 octobre 2018 (image d'illustration).

Aux portes de la Russie, l'Alliance atlantique débute des manœuvres militaires de grande envergure contre un «ennemi imaginaire», destinée à tester l'efficacité de ses forces de défenses. Moscou dénonce un exercice «antirusse» à vocation offensive.

Près de 50 000 soldats, 250 aéronefs, 65 navires et quelque 10 000 véhicules terrestres : l'exercice «Trident Juncture 18», auquel participent 31 pays de l'OTAN et qui débute ce 25 octobre en Norvège, est la plus grande manœuvre militaire organisée par l'Alliance atlantique depuis la fin de la guerre froide.

«Trident Juncture envoie un message clair à nos nations et à tout adversaire potentiel: l'OTAN ne cherche pas la confrontation mais elle sera prête à défendre tous les alliés contre toutes les menaces», a fait valoir le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, lors d'une conférence de presse le 24 octobre.

L'objectif annoncé de l'exercice est de tester l'efficacité de la force opérationnelle interarmées à très haut niveau de préparation (Very High Readiness Joint Task Force), créée en 2014. Partie intégrante de la Force de réaction de l'OTAN, elle est conçue pour mener en quelques jours une opération de défense face à une attaque menée contre un membre de l'alliance.

S'il cible officiellement un ennemi «imaginaire», difficile de ne pas voir dans cet exercice qui se tient sur le flanc nord-est de l'Alliance – soit aux portes de la Russie – une démonstration de force à l'endroit de Moscou. «L'environnement sécuritaire en Europe s'est significativement dégradé ces dernières années», a d'ailleurs souligné le secrétaire général de l'OTAN, dans une référence implicite à la crise ukrainienne.

Moscou dénonce un exercice «antirusse»

Invitée à venir observer cette manœuvre militaire, la Russie l'a fermement condamnée, estimant qu'elle s'inscrivait dans une campagne «antirusse». «Une telle activité [...] semble provocatrice, même si l'on essaie de la justifier avec des visées purement défensives», a dénoncé l'ambassade de Russie à Oslo dans un communiqué.

Notant que les activités militaires de l'OTAN avaient atteint leur plus haut niveau depuis la guerre froide, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgu a par ailleurs laissé entendre qu'il ne croyait pas à la vocation défensive de l'exercice. «[Trident Juncture 18] simule une action militaire offensive», a-t-il déclaré dans des propos rapportés par Deutsche Welle.

Depuis des mois, Moscou s'irrite du renforcement en cours de la présence militaire occidentale dans la région. Etats-Unis et Grande-Bretagne ont en effet décidé d'intensifier les déploiements en Norvège pour acclimater leurs troupes au combat par grand froid.

Après les critiques virulentes qu'a pu formuler Donald Trump sur l'Alliance atlantique, les Etats-Unis semblent en effet soucieux de rassurer leurs alliés européens. Le secrétaire d'Etat à la Défense Jim Mattis a ainsi rappelé début octobre l'engagement «inébranlable» de Washington au sein de l'Alliance atlantique. Et l'annonce le 20 octobre par Donald Trump du retrait des Etats-Unis du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (INF) de 1987 ne fait qu'accentuer cette idée.

Lire aussi : «Chère Amérique, considérez mieux vos alliés» : Donald Tusk charge Donald Trump au sujet de l'Otan

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»