Des parties du corps de Jamal Khashoggi auraient été retrouvées selon plusieurs sources (EN CONTINU)

Des parties du corps de Jamal Khashoggi auraient été retrouvées selon plusieurs sources (EN CONTINU)© Beawiharta Source: Reuters
Manifestation contre la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi devant l'ambassade d'Arabie saoudite à Jakarta, en Indonésie, le 19 octobre 2018.

Citées par le média Sky News et un député turc, plusieurs sources affirment que le corps de Jamal Khashoggi a été retrouvé, découpé et défiguré. Selon une de ces sources, il aurait été découvert dans le jardin du consul saoudien à Istanbul.

Mise à jour automatique
  • La France prendra des sanctions «si la responsabilité de l'Arabie saoudite est avérée» dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi et que les faits sont «corroborés par nos services de renseignement», a annoncé le 24 octobre le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

    «Tant que que cela ne sera pas parfaitement établi et tant que ces faits ne seront pas corroborés par nos services de renseignement, nous retiendrons nos décisions». En revanche, «dans l'hypothèse où la responsabilité de l'Arabie saoudite est avérée, alors nous en tirerons les conséquences et nous prendrons des sanctions», a-t-il déclaré à l'issue du Conseil des ministres.

    Cette annonce intervient au lendemain de la visite d'Emmanuel Macron au salon aéronaval durant laquelle le président s'est montré irrité alors qu'il a été interrogé sur un éventuel arrêt des ventes d'armes à Riyad, comme l'a demandé l'Allemagne à tous les Européens. Il avait catégoriquement refusé de répondre.  

  • Londres a annoncé mercredi l'annulation des visas britanniques éventuellement détenus par les suspects du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

    «Le ministre de l'Intérieur prend les mesures nécessaires pour empêcher les suspects d'entrer au Royaume-Uni», a précisé le Premier ministre britannique Theresa May devant le Parlement, à Londres. «Si ces individus disposent de visas, ces visas seront révoqués aujourd'hui», a-t-elle ajouté, précisant qu'elle parlerait dans la journée avec le roi saoudien Salman.

  • D'après le président iranien Hassan Rohani, le meurtre «odieux» du journaliste saoudien Jamal Khashoggi est impensable sans le soutien des États-Unis.

    «Je ne pense pas qu'un pays ose faire une telle chose sans le soutien des États-Unis», a-t-il déclaré dans une allocution retransmise par la télévision d'État iranienne.

    «Le groupe tribal qui dirige cette nation [l'Arabie saoudite] a une marge de sécurité qui consiste à compter sur les États-Unis. C'est cette superpuissance qui les soutient», a encore déclaré le chef d'Etat iranien.

  • Les Etats-Unis ont engagé la révocation des visas des Saoudiens impliqués dans le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, a indiqué le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.  «Ces sanctions ne seront pas le dernier mot des États-Unis sur ce dossier», a averti le chef de la diplomatie américaine.

    21 personnes sont visées, qui se voient révoquer leur visa ou interdit d'en demander un, a précisé Heather Nauert, la porte-parole du département d'État.

  • Le président américain Donald Trump a estimé le 23 octobre que le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul avait donné lieu à «l'une des pires opérations de dissimulation de l'histoire».

    «Ils avaient un très mauvais projet à l'origine, il a été très mal exécuté et l'opération de dissimulation a été l'une des pires de l'histoire des opérations de dissimulation», a déclaré Donald Trump depuis le Bureau ovale.

  • Le vice-président américain, Mike Pence, a annoncé ce 23 octobre que les Etats-Unis exigeraient des réponses de l'Arabie saoudite après les affirmations du chef de l'Etat turc, Recep Tayyip Erdogan, sur le caractère prémédité du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

    «Le monde entier nous regarde. Les Américains veulent des réponses et nous allons exiger que ces réponses arrivent rapidement», a averti Mike Pence, lors d'une rencontre organisée par le Washington Post, où collaborait régulièrement Jamal Khashoggi.    

  • Selon l'agence d'Etat saoudienne, le roi Salmane et le prince héritier Mohamed ben Salmane reçoivent au palais Al Yamama de Ryad les deux fils de Jamal Khashoggi, Sahl ben Ahmad et Salah ben Jamal, et leur présentent leurs condoléances pour la mort de leur père.

    Selon la même source, les deux frères Sahl et Salah Khashoggi ont exprimé «leurs grands remerciements au roi et au prince Mohammed pour leurs condoléances».

  • Le gouvernement saoudien a déclaré que les toutes les personnes impliquées dans le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi devraient rendre des comptes, «peu importe qui elles sont».

    «Des mesures ont été prises par le royaume pour découvrir la vérité et punir les responsables impliqués directement [dans le meurtre] et les personnes qui ont failli à leurs responsabilités», selon une déclaration publiée par l'agence officielle SPA à l'issue de la réunion hebdomadaire du gouvernement  saoudien.

  • Selon des sources citées par le média britannique Sky News, des parties du corps appartenant au journaliste Jamal Khashoggi ont été retrouvées. Ce dernier aurait été découpé et son visage défiguré, selon ces sources.

    L'une d'elle précise que les restes du corps du journaliste ont été découverts au domicile du consul général saoudien, dans le jardin.

  • Le porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov a fait savoir que Moscou avait pris connaissance de la position officielle saoudienne sur le meurtre de Jamal Kashoggi. Et plus précisément sur le fait que selon Ryad, il n'y aurait pas de lien entre le drame et la famille royale saoudienne. 

    Selon Moscou, les autres aspects de la question relèvent de l'enquête de police en cours.

    Lire aussi : Erdogan révèle toutes ses informations sur l'affaire Khashoggi

Découvrir plus

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi était porté disparu depuis le 2 octobre, jour où il avait pénétré dans le consulat saoudien d'Istanbul. Dans un premier temps, les autorités saoudiennes avaient affirmé que le journaliste était ressorti vivant du consulat. Le 19 octobre, Riyad a finalement reconnu que Jamal Khashoggi avait été tué à l'intérieur du bâtiment, arguant qu'il avait péri lors d'une rixe et imputant la responsabilité de sa mort à un responsable du renseignement saoudien.

Néanmoins, le journal turc Yeni Safak, affirmant s'appuyer sur des enregistrements sonores réalisés sur place, a écrit que le journaliste avait été torturé avant d'être «décapité» par des agents saoudiens. Le site Middle East Eye, se basant sur les mêmes bandes sonores, a affirmé que l'assassinat de Jamal Khashoggi avait duré sept minutes et que les agents avaient commencé à découper le journaliste en morceaux alors qu'il était encore vivant.

Lire aussi : Trump estime Khashoggi probablement mort et promet de «très graves» conséquences à Riyad

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter