L'Italie annonce avoir expulsé trois islamistes, dont l'un voulait tuer des «touristes blancs»

L'Italie annonce avoir expulsé trois islamistes, dont l'un voulait tuer des «touristes blancs»© Zoubeir Souissi Source: Reuters
Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, le 27 septembre 2018 à Tunis (image d'illustration).

Rome a annoncé avoir expulsé de son territoire trois migrants africains représentant «un danger pour la sécurité nationale». L'un d'eux avait exprimé le désir de tuer des «touristes blancs» et des «chrétiens» dans son pays d'origine.

Le ministère italien de l'Intérieur, dirigé par l'homme fort du gouvernement transalpin, Matteo Salvini, a publié le 12 octobre un communiqué dans lequel il révèle avoir expulsé trois hommes identifiés comme étant liés à «l'extrémisme islamiste» et représentant «un danger pour la sécurité nationale».

Dans ce communiqué, le ministère donne quelques détails sur les individus, pour expliquer ce qui a motivé sa décision. Le premier, un Marocain âgé de 22 ans, avait menacé en octobre 2017 des passants devant la synagogue de Florence en brandissant un couteau de cuisine et en criant «Allah Akbar».

Le second, un Gambien de 24 ans, avait été arrêté pour des crimes de droit commun tout en étant accusé d'être lié à «des groupes terroristes internationaux». Dans un carnet retrouvé en sa possession, l'homme avait, selon Rome, reproduit des schémas d'engins explosifs avec des instructions pour leur montage et leur utilisation. Dans ce même carnet, il aurait confié être proche d'une formation paramilitaire active dans le centre-ouest de l'Afrique, et avait exprimé le désir de «tuer les touristes blancs» et les «chrétiens» en Gambie, en attaquant des hôtels et des églises.

Les autorités italiennes ont également expulsé un Tunisien de 28 ans qui avait été arrêté à Modène pour vandalisme et vente de drogue. Lors de son procès, celui-ci avait vanté à maintes reprise les mérites de l'Etat islamique. Refusant de retourner dans sa cellule, il avait agressé des représentants de la police.

L'annonce de ces nouvelles expulsions suit de près celle de Elbadry Elbasiouny Aboualy, un imam égyptien de 26 ans accusé d'«incitation au terrorisme islamiste». L'homme avait notamment été identifié comme l'un des responsables de l'attaque contre l'ancienne députée Daniela Santanchè en 2009, lors d'une manifestation contre le port du voile intégral. Le ministère italien de l’Intérieur a précisé avoir procédé à 339 expulsions depuis janvier 2015, dont 102 en 2018.

Lire aussi : Pour «sauver l'Europe», Matteo Salvini reçoit Steve Bannon et se dit prêt à travailler avec lui

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»