«Garder l'Italie pour les Italiens» : Salvini révolte un ministre du Luxembourg sur l'immigration

«Garder l'Italie pour les Italiens» : Salvini révolte un ministre du Luxembourg sur l'immigration© Leonhard Foeger Source: Reuters
Le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini, le 14 septembre 2018 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

A Vienne, le ministre luxembourgeois Jean Asselborn et le ministre italien Matteo Salvini ont opposé leurs vues sur l'immigration : à une politique pro-migrants voulue par le premier s'est confronté le désir de relancer la natalité, côté italien.

Vive passe d'armes entre le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini et le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn, le 14 septembre, à Vienne. Une vidéo, diffusée le même jour sur le compte Facebook de Matteo Salvini, montre une partie de l'intervention du ministre italien à la réunion des ministres de l'Intérieur, en réponse aux propos du ministre luxembourgeois, qui aurait déclaré : «Nous avons besoin d'immigrés parce que nous [les Européens] sommes une population vieillissante.»

«J'ai une perspective complètement différente», affirme celui qu'on surnomme il Capitano. «Je pense être au gouvernement, payé par mes concitoyens, pour aider nos jeunes à recommencer à faire des enfants comme ils le faisaient il y a quelques années, et non pour extraire le meilleur de la jeunesse africaine pour arriver à remplacer les Européens qui, pour des raisons économiques, ne font plus d'enfants.»

Poursuivant son discours anti-immigration et pro-natalité, Matteo Salvini ajoute : «En Italie, nous ressentons l'exigence d'aider nos enfants à faire d'autres enfants. Et pas à avoir de nouveaux esclaves pour remplacer les enfants que nous ne faisons plus.» Jean Assselborn commence alors à réagir, s'exclamant : «Allez, allez. C'est abuser là !» 

Je pense être au gouvernement, payé par mes concitoyens, pour aider nos jeunes à recommencer à faire des enfants comme ils le faisaient il y a quelques années

Le chef de file de la Ligue persiste : «Si au Luxembourg vous avez besoin d'une nouvelle immigration, moi je préfère garder l'Italie pour les Italiens et recommencer à faire des enfants.»

La goutte de trop pour le Luxembourgeois, qui élève la voix : «Au Luxembourg, cher Monsieur, on avait des dizaines de milliers d'Italiens ! Ils sont venus comme migrants, ils ont travaillé au Luxembourg, pour que vous en Italie vous ayez l'argent pour vos enfants, merde alors !»

Echanges houleux entre membres de l'UE à propos de l'immigration

Ce n'est pas la première fois que le ministre italien montre son intérêt pour la famille, et la natalité en particulier. En août dernier, il avait annoncé le retour des mentions «père» et «mère» sur la plateforme de son ministère, à la place de «parent 1» et «parent 2». Peu avant en juillet, il avait également confié au quotidien britannique The Times vouloir, avant la fin de son mandat, relancer la natalité italienne. «Un pays où ne naissent pas des enfants est destiné à mourir. A la fin de ce mandat, le gouvernement sera évalué sur le nombre de nouveaux-nés plus que sur la dette publique», avait-il alors souligné.

Lire aussi : Matteo Salvini à RT : «A Bruxelles, ils ne comprennent que le langage de l'argent» (EXCLUSIF)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix