L'ONU laisse des dizaines de fichiers confidentiels en accès libre sur internet

L'ONU laisse des dizaines de fichiers confidentiels en accès libre sur internet© Lucas Jackson Source: Reuters
Emblème des Nations unies (illustration).

Un chercheur informatique s'est livré à un petit jeu pas si innocent : à l'aide d'un simple moteur de recherche, il a débusqué des informations très sensibles ayant trait à la sécurité des Nations unies. Elles étaient accessibles à tous sur internet.

Selon les informations du site d'investigation The Intercept, le chercheur en sécurité Kushagra Pathak a révélé que les Nations unies (ONU) avaient rendu publiques de nombreuses informations confidentielles sur internet. Parmi ces informations classifiées, on pouvait trouver un fichier coordonnant la promotion de la Journée internationale des Casques bleus, un plan de l'immeuble des Nations unies, un organigramme avec identités et numéros de téléphone, des Google Doc ouverts contenant des mots de passe, l'accès à des visioconférences et des emplois du temps détaillés.

Petite cerise sur le gâteau, le chercheur en sécurité a également déniché un document dressant la liste des problèmes rencontrés par les sites internet des Nations unies, les rendant ainsi d'autant plus vulnérables à une attaque pirate.

L'ONU, alertée de ces failles, a tout d'abord choisi d'ignorer le problème avant de faire le ménage au mois de septembre, pressée par les questions du site d'investigation The Intercept.

Interrogé par cette publication, Kushagra Pathak a affirmé qu'une simple recherche Google lui avait permis d'avoir accès à ces «informations très sensibles», dont toute la teneur n'a toutefois pas été révélée dans l'enquête. Le chercheur n'en est pas à son coup d'essai. Il avait déjà réalisé une démonstration similaire l'an passé en faisant la chasse aux mots de passe des gouvernements canadiens et britanniques.

Lire aussi : Des hackers parviennent à pirater des machines à voter en quelques minutes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter