L'Italie a-t-elle fait révoquer le pavillon panaméen de l'Aquarius ?

L'Italie a-t-elle fait révoquer le pavillon panaméen de l'Aquarius ?© Darrin Zammit Lupi Source: Reuters
Migrants à bord de l'Aquarius dans un port de Malte en août 2018.

Après Gibraltar, le Panama va retirer son pavillon à l'Aquarius, le dernier navire humanitaire à assurer le sauvetage de migrants en Méditerranée. Alors que les ONG dénoncent des pressions de l'Italie, Matteo Salvini affirme n’y être pour rien.

Le Panama va priver de pavillon le navire Aquarius qui porte secours aux migrants en Méditerranée. Les autorités du pays ont admis redouter des conséquences politiques si elles maintenaient le pavillon, tandis que Matteo Salvini a réfuté toute pression de son gouvernement sur le Panama.

Le 23 septembre, les autorités maritimes du Panama ont déclaré que l'Aquarius devait «malheureusement être exclu de leur registre car la persistance de ce pavillon «impliquerait de sérieuses difficultés politiques pour le gouvernement panaméen et pour la flotte panaméenne qui travaille dans les ports européens». La veille, elles avaient évoqué «la réception de rapports internationaux indiquant que le navire ne [respectait] pas les procédures juridiques internationales concernant les migrants et les réfugiés pris en charge sur les côtes de la mer Méditerranée». Gibraltar avait déjà révoqué le pavillon de l'Aquarius un mois plus tôt. Après la défection du Panama, le bateau risque donc de devenir un «pirate humanitaire».

Réagissant aux arguments présentés par le Panama, Médecins sans Frontières, qui affrète le navire en partenariat avec SOS Méditerranée, a publié un communiqué le 23 septembre blâmant des «pressions politiques et économiques évidentes» de la part du gouvernement italien. «Le 22 septembre, l'équipe de l'Aquarius a été choquée d'apprendre qu'une communication officielle émanant des autorités panaméennes indiquait que le gouvernement italien les avait exhortées à prendre des "mesures immédiates" contre l'Aquarius», dénonce l'ONG dans le document. Toutefois Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur italien, s’est défendu dans un tweet du 23 septembre au soir de toute ingérence. 

L’Aquarius n'a toutefois pas cessé ses opérations de sauvetage. Le 23 septembre, le navire a secouru 47 personnes, dont 17 mineurs et une femme enceinte, en détresse dans une embarcation en bois dans les eaux internationales. De plus, le navire humanitaire compte actuellement à son bord 11 migrants supplémentaires, recueillis le 20 septembre au large de la Libye. Elle cherche désormais un port où les débarquer, après avoir refusé de les ramener en Libye, selon SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF). Le 24 septembre, l'Aquarius a fait savoir qu'il se dirigeait vers Marseille, demandant à la France l'autorisation de débarquer.

Lire aussi : Angela Merkel veut signer des accords avec l’Afrique du Nord pour limiter le flux migratoire

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»