Libye : pour tromper les migrants, des passeurs se déguiseraient en travailleurs humanitaires

Libye : pour tromper les migrants, des passeurs se déguiseraient en travailleurs humanitaires© Mahmud Turkia Source: AFP
Un agent du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) discute avec des migrants subsahariens à Zawiyah, à environ 45 kilomètres à l'ouest de la capitale libyenne Tripoli, le 10 mars 2018 (image d'illustration).

Profitant de l’instabilité politique et sécuritaire de la Libye, des passeurs ainsi que des trafiquants d’êtres humains se feraient passer pour des agents de l’ONU dans le pays, selon le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Nombreux sont les migrants, en provenance d'Afrique ou du Moyen-Orient, qui cherchent à rejoindre le Vieux Continent. Durant leur épopée, il leur arrive de croiser le chemin d'ONG et autres travailleurs humanitaires, qui oeuvrent pour leur venir en aide. Mais pas toujours. En Libye, un des principaux points de passage de l’immigration clandestine en Méditerranée, des passeurs ainsi que des trafiquants d’êtres humains endosseraient des uniformes ressemblant à ceux portés par les agents travaillant avec différentes organisations de l’ONU pour tromper les migrants et ainsi s’adonner à leurs trafics dans différentes régions du pays.

«Ces criminels ont été repérés à des points de débarquement et des plaques tournantes de trafics, utilisant des gilets et des objets portant des logos similaires à ceux du HCR», a déclaré le 8 septembre l'organisation onusienne dans un communiqué. L’organisation a affirmé qu’elle détenait ces informations à la faveur de témoignages de réfugiés qui disent avoir été vendus à des trafiquants en Libye et soumis à des mauvais traitements et de la torture, y compris après avoir été interceptés en mer.

Appelant les autorités libyennes à agir contre les auteurs de tels faits, le porte-parole de l'organisation, Babar Baloch, a néanmoins précisé qu’il demeurait pour l’heure difficile de certifier l’exactitude des faits rapportés.

Sept ans après le début de la guerre civile, le chaos demeure toujours dans le pays. Après la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, le pays est devenu l'un des pays de transit pour les migrants en provenance d'Afrique subsaharienne souhaitant rejoindre la rive nord de la Méditerranée. 

Lire aussi : Migrants : les ONG alimentent un système de «trafiquants et de criminels» selon un magistrat italie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter