L'état-major français se dit prêt à frapper en Syrie si l'arme chimique est utilisée à Idleb

L'état-major français se dit prêt à frapper en Syrie si l'arme chimique est utilisée à Idleb© ECPAD Source: AFP
Un Rafale s'apprêtant à décoller de la base aérienne 113 Saint-Dizier-Robinson (Haute-Marne), le 13 avril 2018

S'exprimant devant des journalistes le 6 septembre, le général François Lecointre, chef de l'état-major français, a averti que l'armée française était prête à frapper à nouveau en Syrie si l'arme chimique était utilisée à Idleb.

Selon les informations de l'agence Reuters, le chef d'état-major de l'armée française François Lecointre a prévenu le 6 septembre devant la presse que si des armes chimiques devaient être utilisées dans la province d'Idleb, la France était disposée à frapper à nouveau en Syrie. La France avait participé à la coalition occidentale qui avait frappé la Syrie le 14 avril 2018 aux côtés de du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

Par ailleurs, le chef d'état-major a estimé que la fin du «califat physique» de Daesh en Syrie et en Irak était proche et devrait être effective «avant la fin de l'année, sans doute à la fin de l'automne.»

Selon les informations de l'AFP, François Lecointre a également précisé : «Une fois que ce califat physique est tombé [...] va se poser la question de la nouvelle configuration de l'opération Inherent Resolve dans laquelle nous sommes participants». 

Le chef d'état-major a également annoncé une baisse du contingent militaire français au Levant: «Dès que je pourrai, je diminuerai [les effectifs]. Je saisirai chaque occasion de réduire l'empreinte en opérations, dès lors que celles-ci ne se justifient pas.» Pour mémoire, plus d'un millier de militaires français sont actuellement déployés dans la région dans le cadre de la mission Chammal.

Ces propos interviennent alors qu'une offensive de la part de l'armée syrienne dans l'enclave d'Idleb est jugée imminente. Selon l'ONU, quelque 10 000 djihadistes y ont trouvé refuge. La province abrite également trois millions de civils.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian avait fait une déclaration similaire à celle de François Lecointre le 14 avril en annonçant qu'«il y aurait une autre intervention» militaire en cas d'attaque chimique en Syrie.

Après l'offensive de la coalition occidentale en avril, Donald Trump avait remercié la France et le Royaume-Uni, se réjouissant de «frappes parfaitement exécutées».

La Russie avait quant à elle déploré cette initiative «au moment où elle avait une chance d'avoir un avenir pacifique».

Lire aussi : Frappes occidentales : combat sur le front de l’information

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter