Afghanistan : 6 morts dans un attentat des talibans, le 1er depuis la succession du mollah Omar

Un kamikaze taliban a fait exploser son camion devant un poste de police © capture d'écran twitter
Un kamikaze taliban a fait exploser son camion devant un poste de police

6 personnes ont été tuées ce matin dans un attentat suicide des talibans contre la police afghane au sud de Kaboul, la 1ère attaque d'envergure des rebelles islamistes depuis l'annonce de la mort de leur leader, le mollah Omar, la semaine dernière.

Halim Fedaye, le gouverneur de la province de Logar a annoncé qu'un kamikaze au volant d'un camion a fait exploser sa charge devant un poste de police de Pul-e Alam, capitale provinciale, à une centaine de kilomètres au sud de Kaboul.

L'attentat a lieu dans la capitale provinciale de Pul-e Alam, au sud de Kaboul© capture d'écran google maps
L'attentat a lieu dans la capitale provinciale de Pul-e Alam, au sud de Kaboul

D'après le ministère afghan de l'Intérieur, il s'agit du premier attentat suicide depuis la désignation du mollah Mansour à leur tête.

Six personnes, trois policiers et trois civils, ont été tuées, selon le chef adjoint de la police provinciale, Mohammad Qari Wara. Bahir, un assistant du gouverneur, qui comme de nombreux Afghans n'a pas de patronyme, a confirmé ce bilan.

Mohammad Qari Wara a indiqué à l'AFP que «La déflagration a été si puissante que trois bâtiments alentours ont été fortement endommagés» 

Le mollah Omar, leader emblématique des talibans avait été annoncé mort la semaine dernière. Par la suite, un successeur, le mollah Akhtar Mansour a rapidement été élu ce qui a provoqué des déchirements internes car une partie des talibans menée par la famille de l'ancien leader refuse de faire allégeance au nouvel «émir». 

Ainsi, l'unité au sein du groupe rebelle islamiste est brisée et les pourparlers de paix lancés début juillet avec le gouvernement afghan sont compromis.

Mais l'attaque de ce jeudi contre la force d'intervention rapide de la police de la province de Logar, qui a été immédiatement revendiquée par les talibans, montre bien le combat mené par ces derniers depuis la chute de leur régime en 2001 est toujours d'actualité. 

Parallèlement, les talibans affirment avoir abbatu un hélicoptère de l'armée 

Par ailleurs, le groupe islamiste affirme également être à l'origine d'un crash d'hélicoptère de l'armée de l'air afghane qui a fait 17 morts, dont 12 soldats et 5 membres d'équipage dans le district de Shinkay de la province de Zaboul (Sud).

En effet, si le chef du district Mohammad Qasim Khan, qui a confirmé ce bilan, affirme que l'appareil s'est écrasé à cause d'un problème technique, les talibans, par le biais de leur porte-parole, Qari Mohammad Youssouf Ahmadi, ont assuré que l'appareil avait été touché par une de leur roquette, provoquant sa chute et «la mort de ses 23 occupants».

Bien que les talibans visent avant tout la police et l'armée afghanes dans leurs attaques, les civils sont très souvent les premières victimes du conflit. Dans son rapport semestriel sur le sujet publié mercredi, la mission de l'ONU en Afghanistan (Unama), a révélé que 1 592 civils avaient été tués et 3 329 blessés au cours des six premiers mois de l'année, soit une hausse de 1% par rapport à la même période l'an dernier.

Depuis décembre dernier et la fin de la mission de combat de l'Otan, l'armée et la police afghanes sont seules pour faire face aux combattants islamistes. Environ 13 000 soldats étrangers sont toujours présents en Afghanistan, mais leur mission se limite à la formation des soldats afghans à des missions antiterroristes ponctuelles.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales