Après les avoir secourus, la Tunisie souhaite expulser les 40 migrants du Sarost 5

Après les avoir secourus, la Tunisie souhaite expulser les 40 migrants du Sarost 5© FATHI NASRI Source: AFP
Un des 40 migrants recueillis par le Sarost 5, navire qui a pu accoster à Zarsis le 1er aout 2018

Après plus de deux semaines d'attente, le Sarost 5 a accosté, avec 40 migrants à son bord, à Zarzis, dans le sud de la Tunisie. Ils devraient toutefois être rapatriés dans leur pays d'origine, comme l'a déclaré le chef de la diplomatie tunisienne.

Alors que Tunis avait interdit durant deux semaines au Sarost 5 d'accoster dans ses ports, le navire de commerce battant pavillon tunisien accostait le 1er août à Zarzis, dans le sud-est du pays, la Tunisie acceptant finalement d'accueillir les migrants pour des raisons humanitaires.

Originaires d'Afrique subsaharienne, d'Egypte et du Bangladesh, les rescapés avaient rapidement été transférés au centre d’accueil du Croissant Rouge tunisien à Médenine, comme le précise le Huffington Post Maghreb.

Ainsi, Mongi Slim, président du croissant rouge tunisien à Médenine a affirmé que les rescapés «se port[aie]nt mieux» alors que «le Croissant Rouge a pris les mesures nécessaires pour leur apporter de l’assistance médicale», expliquant : «Nous avons fait des visites médicales sur place, nous leur avons apporté nourriture et vêtements. La situation sanitaire s’est beaucoup améliorée par rapport aux premiers jours.»

Nous sommes en contact avec les différentes ambassades en Tunisie pour procéder au rapatriement des rescapés

Selon des propos de Khemaies Jhinaoui, ministre tunisien des Affaires étrangères, rapportés par le Huffington Post Maghreb, la Tunisie a informé les ambassades concernées qu'elle envisageait un futur rapatriement des migrants recueillis : «Nous sommes en contact avec les différentes ambassades en Tunisie pour procéder au rapatriement des rescapés», a-t-il déclaré le 2 août lors d'une conférence de presse.

Partis de Libye à bord d'un bateau pneumatique, les 40 migrants s'étaient perdus en mer durant cinq jours avant d'être repérés, à une date non précisée, par le navire Caroline III envoyé par un centre de secours maltais. Cependant, après les refus de prise en charge exprimés par Malte, l'Italie et la France, les migrants avaient finalement été secourus en zone maltaise par le navire tunisien Sarost 5.

Si les migrants avaient refusé, dans un premier temps, d’entrer sur le territoire tunisien en espérant être accueillis à Malte ou recueillis par un bateau de sauvetage appartenant à une ONG européenne, d'après les informations de la chaîne de télévision tunisienne Nessma, des associations avaient demandé au gouvernement tunisien de les secourir au vu de l'urgence de la situation.

Lire aussi : Un navire italien reconduit des migrants en Libye pour la première fois depuis 2009

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter