Hongrie : le Parlement vote une taxe sur les activités «de soutien à l'immigration»

Hongrie : le Parlement vote une taxe sur les activités «de soutien à l'immigration»© Bernadett Szabo Source: Reuters
Viktor Orban au Parlement, à Budapest, en Hongrie, en mai 2018 (image d'illustration).

Le Parlement hongrois a adopté le 20 juillet une taxe visant à sanctionner à hauteur de 25% les financements perçus pour toute activité «de soutien à l'immigration». La décision hongroise a fait réagir Amnesty International.

Une nouvelle taxe de 25% sur tous les financements étrangers perçus par des organisations en faveur de l'immigration a été adoptée ce 20 juillet par le Parlement hongrois.

Le gouvernement de Viktor Orban avait annoncé son souhait de voir adopter une telle mesure au parlement dès janvier 2018. En l'espèce, la Hongrie avait en ligne de mire les organisations subventionnées par le milliardaire George Soros.

Le parti Fidesz-KDNP du chef de l'Etat a voté le texte de loi en majorité. Cette loi définit ainsi les activités en faveur de l'immigration en Hongrie désormais soumises à la nouvelle taxe : «Tout programme, action ou activité visant directement ou indirectement à promouvoir l'immigration et se réalisant en : a) menant des campagnes médiatiques et des séminaires et en participant à de telles activités ; b) organisant l'enseignement ; c) construisant et mettant en œuvre des réseaux ou d) participant à des activités de propagande qui présentent l'immigration sous un jour favorable».

La taxe s'appliquera notamment à toute subvention pour une conférence sur l'histoire de l'immigration, un séminaire ou une campagne pour l'accueil de réfugiés.

Réagissant à ce succès parlementaire du gouvernement, Aron Demeter, porte-parole d'Amnesty International en Hongrie, estime que la décision constitue «une attaque contre la liberté d'expression.» Dans une interview accordée à Marianneil s'insurge : «Cela s'applique aux organisations qui osent avoir une opinion différente du gouvernement sur l'immigration. Ce que veut dire participer à une campagne médiatique n'est pas très clair... est-ce partager un article ? Est-ce partager trois articles ?»

Pour leur part, les autorités hongroises assurent que les montants collectés par cette nouvelle taxe serviront à renforcer la protection des frontières nationales. «L'UE ne doit pas concentrer son attention sur la redistribution des réfugiés à qui a été concédé le droit d’asile mais sur la protection des frontières», déclarait le président Viktor Orban le 19 février.

1 291 réfugiés accueillis malgré tout en Hongrie

La nouvelle offensive contre George Soros intervient alors que Viktor Orban est chahuté par son opposition après la publication de statistiques selon lesquelles la Hongrie a accueilli 1 291 réfugiés en 2017, en contradiction apparente avec la politique affichée par le gouvernement.

Budapest a toutefois assuré s'être simplement plié à ses obligations internationales en matière d'asile, et n'avoir jamais tenu secret le nombre.

La Commission européenne a renvoyé en décembre trois pays, dont la Hongrie, devant la justice européenne pour avoir refusé les quotas européens d'accueil de réfugiés. La Hongrie a souligné vouloir pouvoir décider par elle-même des personnes qu'elle accueille.

Lire aussi : Les migrants : des «envahisseurs musulmans», selon le Premier ministre hongrois

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter