Le Royaume-Uni consent à une éventuelle peine de mort aux Etats-Unis pour deux djihadistes anglais

Le Royaume-Uni consent à une éventuelle peine de mort aux Etats-Unis pour deux djihadistes anglais© Forces démocratiques syriennes/Reuters
Alexanda Kotey à gauche et El Shafee Elsheikh à droite.

Deux djihadistes britanniques, membre de la cellule dite des «Beatles» et responsables de l’exécution d’au moins 27 otages, seront transférés aux Etats-Unis, où ils risquent la peine capitale. Londres ne s'y oppose pas.

Alexanda Kotey et El Shafee Elsheikh, deux djihadistes britanniques parmi les plus recherchés du pays, vont être transférés de Kobané, en Syrie, vers les Etats-Unis pour être jugés pour leurs crimes présumés. Sachant qu'ils risquent la peine de mort, les autorités anglaises ont collaboré avec les Américains, sans exiger que leurs ressortissants soient épargnés.

Arrêtés dans l'est de la Syrie en février 2018, actuellement détenus par les Forces Démocratiques Syriennes, les deux hommes seront prochainement jugés par un tribunal américain. Sur la liste noire du terrorisme international, Alexanda Kotey et El Shafee Elsheikh semblaient en lien avec les plus hautes instances de l'Etat islamique. Ces deux complices d'un bourreau notoire de l'Etat islamique «Djihadi John» tué dans une frappe en 2015, étaient membres d'une «cellule d'exécution» de l'organisation. L'accent londonien des quartiers est de ces deux intégristes, et de deux de leurs comparses leur a valu le surnom Beatles. Leur groupe s'est illustré en se rendant responsable de la détention d'otages et de l’exécution ultra-violentes de 27 d'entre eux tels que les journalistes James Fowley et Steven Sotloff, les humanitaire Peter Kassig et David Haines. La gravité de leurs crimes laisse planer peu de doutes sur la sentence qui les attend s’ils sont jugés aux Etats-Unis.

Sachant qu’ils risquent la peine de mort, Londres n’a pas protesté, selon les termes d’une lettre rédigée par des officiels et publiée par le quotidien The Telegraph. Le ministre britannique de l'Intérieur, Sajid Javid, fait savoir qu'il ne demandera pas de «garanties» sur leur sort. Le Premier ministre était au courant de la décision explique cette lettre, mais les ministres n’ont pas recherché l’approbation des parlementaires. 

Les informations contenues dans la missive constituent un précédent. Jusqu'ici, le Royaume-Uni n'avait jamais accepté de céder des informations pouvant faire risquer la peine de mort à un prévenu. Le pays a choisi d'abolir la peine de mort pour tout crime en 1969.

Cette décision a hérissé certains parlementaires britanniques. La décision du gouvernement a notamment été contestée par le parlementaire conservateur Ken Clarke, qui estime que la Grande Bretagne ne doit pas «abaisser ses standards» face au terrorisme. «Nous ne devions pas laisser la peur nous faire abandonner les standards de liberté et de droits de l’homme sur lesquels repose notre pays», a-t-il déclaré. Le secrétaire d'Etat à la sécurité, Ben Wallace, s’est appuyé sur l’horreur des crimes supposément commis par les deux hommes pour repousser les questions des parlementaires relatives à l’abandon de la politique de protection de leurs ressortissants jusqu’ici suivie par la Grande-Bretagne.

Deux djihadistes loin d'être repentis

Depuis leur capture, Alexanda Kotey et El Shafee Elsheikh ont demandé, sans résultat, à être rapatriés en Grande-Bretagne pour y bénéficier d'un procès équitable. Ils se sont plaints dans une interview à AP d'être déchus de leur nationalité, ont admis faire part de l’Etat islamique et disent juger les exécutions des otages «regrettables». 

Nicolas Hénin, un de leurs otages survivants, a formellement identifié l'un des deux hommes. Un otage français anonyme cité par le Times a expliqué qu'El Shafee Elsheikh était le plus violent, et avait persécuté James Foley.

Dans des interviews accordées à Sky news et à Memri.tv après leur capture, les deux djihadistes n'apparaissent pas se repentir. Ils n'ont eu de cesse de blâmer l'Occident dont ils disent ne pas respecter les institutions et de répété qu'ils ne sont pas comptables de toutes les exactions ou décisions de Daesh, mettant en avant leur adhésion à la dimension idéologique et spirituelle du mouvement.

Lire aussi : La famille d’un journaliste américain décapité par Daesh attaque la Syrie en justice

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter