Daesh confirme la mort du Britannique Djihadi John dans une frappe en Syrie

- Avec AFP

© Reuters TV Source: Reuters

Le groupe terroriste a confirmé l'affirmation de la Défense américaine selon laquelle le Mohamed Emwazi, alias Djiahdi John, auquel sont attribué les assassinats filmés de citoyens britanniques et américains, aurait été tué.

Le groupe Etat islamique a confirmé la mort du Britannique Djihadi John, tué en novembre 2015 par une frappe aérienne sur son fief de Raqa, dans l'est de la Syrie, dans sa revue Dabiq publiée mardi.

L'armée américaine avait affirmé en novembre qu'elle avait probablement tué dans une frappe Djiahdi John, de son vrai nom Mohammed Emwazi, que l'on voit dans plusieurs vidéos de décapitations d'otages occidentaux et qui était devenu emblématique de la cruauté de l'organisation djihadiste.

Lire aussi : Les USA déclarent avoir abattu Jihadi John, le bourreau de Daesh, mais Cameron n’en est pas certain

Dabiq indique que le Britannique a été tué le 12 novembre «quand la voiture dans laquelle il se trouvait a été visée par une frappe de drone dans la ville de Raqa, détruisant la voiture et le tuant sur le coup».

Djihadi John s'était affiché dans plusieurs vidéos de décapitations, toujours vêtu de noir, masqué et couteau à la main. Un ancien prisonnier l'avait qualifié de «type froid, sadique et impitoyable».

Sa dernière apparition filmée remonte à une vidéo du 31 janvier montrant l'exécution d'un Japonais. Auparavant, il était apparu dans de clips montrant les meurtres des journalistes américains Steven Sotloff et James Foley, du travailleur humanitaire américain Abdel-Rahman Kassig, des humanitaires britanniques David Haines et Alan Henning, du journaliste japonais Kenji Goto et d'autres otages.

Le djihadiste, programmeur informatique originaire de Londres, était né au Koweït en 1988 d'une famille apatride d'origine irakienne.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales