Accusé d’antisémitisme, l’imam de Toulouse reçoit le soutien d’un ministre algérien

Accusé d’antisémitisme, l’imam de Toulouse reçoit le soutien d’un ministre algérien© Eric Cabanis Source: AFP
La grande mosquée de Toulouse

Alors que Mohamed Tatai, l’imam de la grande mosquée de Toulouse, est dans le collimateur de la justice française pour avoir tenu des propos jugés antisémites, le ministre algérien des affaires religieuses, Mohamed Aïssa, lui a apporté son soutien.

Le ministre algérien des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, a réagi le 7 juillet aux accusations dont fait l’objet l’imam de la mosquée de Toulouse, son compatriote Mohamed Tatai. Lors de l’inauguration d’un centre culturel islamique dans la ville de Tipaza (Est d’Alger), il a dénoncé «des allégations mensongères» comme le rapporte l’agence de presse algérienne APS.

«Cet imam n’est pas un envoyé du ministère des Affaires religieuses, mais relève plutôt de l’institution de la mosquée de Paris», a-t-il déclaré. Et de poursuivre : «L’imam Mohamed Tatai est le fils d’une famille d’oulémas, dont l’éducation ne lui permet pas d’être à l’opposé des valeurs du pays qui l’accueille.»

Il a par ailleurs appelé certains médias occidentaux à «cesser leur propagande au profit de tout ce qui porte atteinte à l’islam et à ses symboles, à travers ce type d’accusations». Mohamed Tatai, qui avait présenté ses excuses pour ses propos polémiques, avait été convoqué le 2 juillet à la grande mosquée de Paris par son recteur Dalil Boubakeur. Ce dernier lui avait alors apporté son soutien et invité à «poursuivre sa mission» malgré la procédure judiciaire en cours.

L’imam Mohamed Tatai est le fils d’une famille d’oulémas, dont l’éducation ne lui permet pas d’être à l’opposé des valeurs du pays qui l’accueille

Quelques jours avant, le 28 juin, le parquet de Toulouse avait en effet été saisi par le Préfet de la Haute-Garonne «sur le fondement de l’article 40 du code de procédure pénale de faits susceptibles de constituer une incitation à la haine à travers des propos diffusés dans une vidéo».

Dans l'une d'entre elles intitulée «l'entité sioniste», l'imam explique en s'appuyant sur un hadith (tradition islamique relative aux actes et aux paroles de Mahomet) : «[Le prophète Mahomet] nous a parlé de la bataille finale et décisive : le jugement dernier ne viendra pas jusqu'à ce que les musulmans combattent les juifs. Les juifs se cacheront derrière les rochers et les arbres et les rochers et les arbres diront : "Oh musulman, oh serviteur d’Allah, il y a un juif qui se cache derrière moi, viens le tuer."» Plus loin dans la vidéo, il prophétisait la fin de l'Etat hébreu, affirmant que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, avait «peur qu'Israël ne vive pas plus de 76 ans, comme il est écrit dans les prophéties [des juifs]».

Lire aussi : «Nous ne vous attaquons pas parce que vous mangez du porc» : Salah Abdeslam justifie les attentats

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter