Nouvelles compétences de l'OIAC : la Russie s'inquiète de la perte de légitimité de l'organisation

Nouvelles compétences de l'OIAC : la Russie s'inquiète de la perte de légitimité de l'organisation
Boris Johnson, ici à l'OIAC le 26 juin, a accusé sans preuve la Russie dans l'affaire Skripal, photo ©Yves Herman/Reuters

La réforme, portée par Londres, de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, qui se voit attribuer la possibilité de désigner un Etat comme responsable d'une attaque chimique, pourrait selon Moscou avoir des effets pervers.

Le raisonnement de Moscou est le suivant : à donner des compétences trop importantes et politisées à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), celle-ci pourrait perdre sa légitimité. Et cela aurait pour effet pervers d'affaiblir la lutte contre l'utilisation des armes chimiques, ce qui est pourtant la raison d'être de l'OIAC. «Bien sûr, nous ne considér[erons] pas les travaux effectués par le soi-disant mécanisme d'attribution [de la responsabilité d'une attaque chimique] comme légitimes», a ainsi prévenu ce 28 juin le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

Au lendemain du vote de la résolution portée par le Royaume-Uni, accordant à l'OIAC la possibilité de désigner un Etat coupable d'une attaque chimique, la Russie a fait part de ses fortes réserves. Et de ses inquiétudes quant à l'avenir de la convention sur les armes chimiques (CWC en anglais), adoptée en 1992 par l'Assemblée générale des Nations unies, et dont l'OIAC tire sa légitimité. «Nous doutons de la possibilité de conserver la CWC et l'OIAC dans leur forme actuelle, telle qu'elles ont existé jusqu'à aujourd'hui», a déploré Sergueï Riabkov, cité par l'agence Tass.

Lors d'un vote à huis clos le 27 juin à La Haye où siège l'OIAC, 82 pays ont voté en faveur d'une résolution avancée par le Royaume-Uni avec le soutien de la France et des Etats-Unis notamment. 24 s'y sont opposés.

Alexandre Keller

Lire aussi : Syrie : Moscou dénonce l'enquête de l'OIAC et expose le matériel récupéré aux rebelles à Douma

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»