L'armée israélienne frappe le Hamas en représailles aux projectiles tirés depuis Gaza

L'armée israélienne frappe le Hamas en représailles aux projectiles tirés depuis Gaza© SAID KHATIB / MAHMUD HAMS / AFP Source: AFP
Gauche : Un activiste palestinien lance un ballon chargé de matériaux inflammables, à la frontière entre Israël et Gaza, à Rafah, le 17 juin 2018. Droite : raids aériens israéliens le 18 juin 2018 sur des cibles du Hamas à Gaza.

Israël a mené au moins neuf attaques le 18 juin tôt dans la matinée contre des «objectifs militaires» du Hamas dans le nord de la bande de Gaza. Selon l'armée israélienne, ces frappes répondent à l'envoi de préservatifs et cerfs-volants explosifs.

L'aviation israélienne a mené ce 18 juin neuf attaques contre deux complexes militaires et un site de fabrication de munitions appartenant au Hamas dans le nord de la bande de Gaza. Tsahal a fait savoir sur son compte Twitter que cette opération était une réponse à l'envoi ce 15 juin de cerfs-volants et de ballons incendiaires vers le territoire israélien. Selon elle, ces attaques ont visé deux complexes militaires du Hamas et un site de production d'armes. Un Palestinien aurait été tué près de la frontière entre Gaza et l'Etat hébreux a précisé une source ministérielle à l'AFP.

Le 15 juin, le Hamas a envoyé plusieurs engins incendiaires en direction d'Israël. De fabrication artisanale, ces projectiles prenaient la forme de poches de liquide inflammable ou d'explosifs attachés à des préservatifs gonflés à l'hélium. Ces ballons étaient parfois accompagnés de messages d'amour, de revendications ou de photographies de victimes touchées par des balles israéliennes durant les multiples affrontements qui ont eu lieu dans le cadre de la Grande marche du retour. L'armée Israélienne avait prévenu qu'elle «considérait l'utilisation de ballons et de cerfs-volants incendiaires avec une grande sévérité et fera tout pour empêcher leur utilisation».

Des drones utilisés pour intercepter ballons et cerfs-volants incendiaires

Elle avait d'ailleurs commencé à répliquer dès le 15 juin avec des frappes sur un poste d'observation du Hamas, sans préciser de bilan. Selon l'AFP, l'armée israélienne a blessé le 16 juin deux Palestiniens qui lançaient des ballons incendiaires. Une porte-parole militaire avait précisé qu'un «appareil aérien» avait été tiré près d'un groupe de Palestiniens qui lançaient lesdits ballons. Le 9 juin, l'aviation avait pour la première fois tiré à proximité de Palestiniens accusés de préparer des ballons auxquels étaient attachés des engins explosifs.

L'armée israélienne a par ailleurs utilisé des drones pour intercepter ces ballons et cerfs-volants incendiaires. Selon le ministre de la Défense Avigdor Lieberman, 400 cerfs-volants ont été détruits sur les quelque 600 lancés depuis le début de ce mouvement de protestation. Selon le service des pompiers israéliens, plus de 300 incendies ont dévasté plusieurs milliers d'hectares de champs et broussailles, depuis la fin mars.

Après les pierres, les cerfs-volants et les ballons incendiaires sont devenus les symboles du mouvement palestinien de protestation lancé le 30 mars à Gaza pour la Grande marche du retour, en mémoire des Palestiniens chassés ou ayant fui leurs terres à la création de l'Etat d'Israël en 1948. L'Assemblée générale des Nations unies a adopté le 13 juin à une forte majorité une résolution condamnant Israël pour les violences meurtrières à Gaza et rejeté un texte présenté par les Etats-Unis condamnant le Hamas pour ces mêmes violences.

Plus de 130 palestiniens dont des femmes, des enfantsdes journalistes, ou encore du personnel médical ont été tués par l'armée israélienne lors de manifestations le long de la frontière avec la bande Gaza.

Lire aussi : La «race juive» est la plus intelligente du monde : quand un député israélien défend Nétanyahou

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter