Dennis Rodman pleure de joie en évoquant la rencontre Trump-Kim (VIDEO)

Dennis Rodman pleure de joie en évoquant la rencontre Trump-Kim (VIDEO)© Feline Lim Source: AFP
Dennis Rodman à Singapour le 12 juin 2018.

L'ancien basketteur américain Dennis Rodman, seule star étrangère à avoir une relation privilégiée avec le dirigeant nord-coréen, n'a pu cacher son émotion devant les caméras, le jour de la fameuse rencontre Kim - Trump de Singapour.

Dennis Rodman est apparu très ému ce 11 juin sur la chaîne américaine CNN – connue pour ne pas porter dans son cœur le président américain. Invité à commenter en direct la rencontre historique entre Donald Trump et Kim Jong-un, l'ancien basketteur n'a pu retenir ses larmes. A la fois ami du leader nord-coréen et soutien de longue date du chef d'Etat américain, il est apparu à l'antenne affublé de la fameuse casquette pro-Trump «Make america great again», le slogan de campane du magnat de l'immobilier.

Alors que les deux dirigeants s'étaient rencontrés pour la première fois, peu auparavant, devant l'hôtel Capella de Singapour, où a lieu le sommet, Dennis Rodman a entamé un monologue poignant.

C'est incroyable, c'est incroyable, c'est incroyable. Quand j'ai dit ces choses, quand je suis rentré chez moi, j'ai eu tellement de menaces de mort... et je croyais en la Corée du Nord

«J'ai dit à tout le monde : la porte s'ouvrira », débute-t-il en référence à sa première rencontre avec Kim Jong-un en Corée du Nord en 2013. «C'est incroyable, c'est incroyable, c'est incroyable. Quand j'ai dit ces choses, quand je suis rentré chez moi, j'ai eu tellement de menaces de mort... et je croyais en la Corée du Nord, et je ne pouvais même pas rentrer à la maison, je ne pouvais même pas rentrer, je devais me cacher des jours entiers», poursuit l'ancien coéquipier de Michael Jordan aux Chicago Bulls.

Aujourd'hui c'est un grand jour pour tout le monde, Singapour, Tokyo, la Chine, tout le monde. C'est une belle journée

«Mais j'ai gardé la tête haute, mon frère, je savais que les choses allaient changer. Je le savais, j'étais le seul. Je n'ai jamais eu personne pour m'entendre, je n'avais personne pour me voir. Mais j'ai pris toutes ces balles, j'ai tout pris... mais je suis toujours debout. Aujourd'hui c'est un grand jour pour tout le monde, Singapour, Tokyo, la Chine, tout le monde. C'est une belle journée. Je suis là pour le voir. Je suis tellement heureux», a encore expliqué Dennis Rodman, voix chevrotante et joues inondées de larmes, devant le journaliste Jake Tapper, interloqué.

Ces cinq dernières années, Dennis Rodman s'est rendu à plusieurs reprises en Corée du Nord afin d'échanger avec Kim Jong-un, grand fan de basket et particulièrement de l'équipe des Chicago Bulls. Il avait notamment fait savoir en 2014 : «C'est mon ami et je l'aime.»

Lire aussi : «Dénucléarisation complète» contre «garanties de sécurité» : Kim et Trump signent un document commun

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter