Sommet de l'OCS : après le fiasco du G7, la relation Russie-Chine «encore plus forte» ?

Sommet de l'OCS : après le fiasco du G7, la relation Russie-Chine «encore plus forte» ?© Aly Song Source: Reuters
Le président chinois Xi Jinping salue Vladimir Poutine, le président russe, lors du sommet de l'Organisation de Coopération de Shanghaï (OCS) en Chine le 10 juin 2018

Avec la participation de l'Iran, de l'Inde ou encore du Pakistan, l'Organisation de coopération de Shanghai s'est réunie pour entériner la coopération dans plusieurs secteurs majeurs. Un optimisme qui tranche avec la désunion affichée au G7.

A l'heure de l'émergence progressive d'un monde multipolaire, le sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui s'est déroulé du 9 au 10 juin 2018 à Qingdao en Chine, symbolise-t-il davantage la coopération que le G7 ?

Pierres angulaires de l'organisation, les chefs d'Etat chinois et russe se sont en tout cas félicité de la progression de l'intégration du bloc asiatique. Xi Jinping a ainsi souhaité la bienvenue à l'Inde et au Pakistan, qui ont rejoint l'organisation en juin 2017. Vladimir Poutine s'est de son côté réjoui que l'OCS devienne «encore plus forte».

Le président iranien Hassan Rohani, dont le pays a le statut d'observateur à l'OCS, a lui aussi assisté au sommet lors duquel il a pu s'assurer des soutiens chinois et russe sur le dossier du nucléaire iranien. Malgré le retrait américain de l'accord, Vladimir Poutine s'est dit favorable à la «mise en œuvre inconditionnelle du texte». Quant au président chinois, il a également appelé à sauver l'accord malgré la décision de Donald Trump.

Lire aussi : «Il faut arrêter les babillages» : après le sommet du G7, Poutine appelle à une «vraie coopération»

Le G7 pas au beau fixe

Face au manque d'unité affiché au sein du G7, Vladimir Poutine à ironisé sur le «babillage inventif» de ses membres, leur suggérant ainsi de «se tourner vers les sujets concrets relevant d'une vraie coopération». 

Et pour cause, le Sommet du Groupe des 7 (G7), au Canada, a confirmé que la relation entre Washington et ses alliés européens n'était pas des plus sereines. «En quelques secondes, vous pouvez détruire la confiance avec 280 caractères sur Twitter», a ainsi amèrement résumé le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, après que Donald Trump a finalement refusé de soutenir le communiqué final du sommet.

Même amertume du côté de Paris, où le Bureau du président Emmanuel Macron a confié à l'AFP le 10 juin : «La coopération internationale ne peut dépendre de colères ou de petits mots. Soyons sérieux et dignes de nos peuples.»

Face à cette désunion manifeste, fallait-il regarder du côté de Qingdao, et non de La Malbaie ce 9 juin pour observer un modèle de coopération internationale ? Les participants au sommet de l'OCS ont en tout cas mis un point d'honneur à afficher leur unité, sur un certain nombre de dossiers majeurs.

Commerce, Syrie, terrorisme : l'OCS dresse la liste des objectifs communs

Les questions de sécurité régionale ont tenu une place importante lors du sommet de l'OCS. Alors que les chefs d'Etat de l'Organisation se sont montrés préoccupés par l'obtention d'armes chimiques et biologiques par des groupes terroristes, ils se sont mis d'accord sur une coopération internationale plus étroite en la matière. Confrontés au retour de combattants islamistes dans leur pays d'origine, les pays de l'OCS se sont engagés à un meilleur partage des renseignements et à une simplification des procédures d'extradition pour les terroristes présumés.

Abordant le dossier syrien, l'organisation a prôné l'instauration d'une paix durable dans le pays à travers la recherche d'une solution politique en privilégiant le dialogue national. Dans sa déclaration commune, l'OCS précise que le processus de paix doit respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale de Damas. Les efforts déployés par la Russie, la Turquie et l'Iran ont notamment été salués au vu des résultats obtenus dans plusieurs zones où ont cessé les hostilités entre forces gouvernementales et rebelles.

Concernant les questions commerciales, abordées à Qingdao, l'OCS a encouragé à multiplier les investissements mutuels entre les pays membres.

Xi Jinping a par ailleurs abordé les récentes mesures commerciales prises par Washington, appelant à «rejeter les politiques égoïstes, à courte vue, étroites et fermées». «Nous devons maintenir les règles de l'Organisation mondiale du commerce, soutenir le système commercial multilatéral et construire une économie mondiale ouverte», a poursuivi le président chinois. Xi Jinping a en outre appelé à «rejeter la mentalité de guerre froide et de confrontation entre les blocs».

L'OCS : un poids lourd démographique et économique

Alors que Moscou fait l'objet de sanctions imposées par Washington et ses alliés et que la Chine est dans une impasse avec les Etats-Unis au sujet des nouvelles taxes douanières américaines sur les marchandises, la coopération entre pays membres pourrait aider certaines nations de l'OCS à surmonter l'impact de la politique protectionniste américaine.

Consciente de ses atouts, l'OCS est, de par sa composition, à même de jouer un rôle majeur à l'avenir. L'organisation s'impose dans le monde à plusieurs niveaux : un poids démographique phénoménal avec 3,2 milliards d'habitants (soit un peu moins de la moitié de la population mondiale), une superficie qui regroupe quatre des 10 plus grands pays du monde et qui s'étend sur 37,5 millions de km², un PIB cumulé de 37 200 milliards de dollars ou encore une puissance économique bénéficiant d'importantes ressources énergétiques avec une production de 1 015 millions de tonnes de pétrole par an.

Fabien Rives

Auteur: RT France

Lire aussi : Désunion au G7 : face à un Trudeau «malhonnête et faible», Trump menace d'élargir les taxes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter