La Fédération palestinienne appelle à «brûler» les maillots de Messi s'il joue à Jérusalem

- Avec AFP

La Fédération palestinienne appelle à «brûler» les maillots de Messi s'il joue à Jérusalem© WAKIL KOHSAR / AFP
Illustration : un petit garçon afghan arbore un maillot de Lionel Messi à Kaboul

A quelques jours du match amical entre Israël et l'Argentine, le président de la Fédération palestinienne de football a déploré que la rencontre soit devenue un «outil politique» pour l'Etat hébreu. Il a adressé une requête au capitaine argentin.

Le président de la Fédération palestinienne de football a demandé le 3 juin à Lionel Messi de ne pas participer au match amical Argentine-Israël, qui doit avoir lieu le 9 juin à Jérusalem.

«Messi est un symbole de paix et d'amour, nous lui demandons de ne pas participer au blanchiment des crimes de l'occupation [israélienne]», a affirmé à des journalistes le président de la Fédération palestinienne, Jibril Rajoub.

«Nous allons lancer une campagne contre la Fédération argentine, en visant personnellement [Lionel] Messi qui compte des dizaines de millions de fans dans les pays arabes et musulmans», a poursuivi Jibril Rahjoub, révélant son projet si la star argentine participait au match de préparation à la Coupe du monde : «Nous demandons à tous [les fans] de brûler leurs maillots à son nom et les posters de lui.»

«D'une rencontre sportive, ce match est devenu un outil politique, le gouvernement israélien tentant de lui conférer une portée politique en insistant pour qu'il se déroule à Jérusalem», a encore déclaré Jibril Rajoub aux journalistes, affirmant avoir remis au représentant de l'Argentine à Ramallah, en Cisjordanie occupée, une lettre en ce sens adressée au gouvernement et à la Fédération de football argentine.

Le ministère israélien des Sports, contacté par l'AFP, n'a pas réagi dans l'immédiat.

Le statut de Jérusalem est l'une des questions les plus épineuses du conflit israélo-palestinien. Israël s'est emparé de Jérusalem-Est durant la Guerre des six jours en 1967 et l'a annexée, déclarant en 1980 toute la ville comme sa capitale «éternelle» et «indivisible». Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale, qui considère la partie orientale de Jérusalem comme un territoire occupé. Le récent transfert de l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem avait ainsi provoqué une vague de protestations.

Lire aussi : «Qu'ils aillent mille fois en enfer» : le message d'un ministre israélien à l'Union européenne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter