«Guerre sans fin pour l'empire» : Macron interpellé par des étudiants sur les frappes en Syrie

«Guerre sans fin pour l'empire» : Macron interpellé par des étudiants sur les frappes en Syrie© Ludovic MARIN Source: AFP
Emmanuel Macron face aux étudiants de l'université Georges Washington, le 25 avril à Washington

Venu sur un campus universitaire à Washington pour s'adresser à des étudiants, le président français a eu la mauvaise surprise d'être accueilli par des étudiants brandissant des pancartes dénonçant les frappes occidentales en Syrie.

Avant d'arriver à une séance de questions-réponses avec des étudiants de l'université George Washington le 25 avril, le président français Emmanuel Macron a été interpellé par un groupe d'étudiants, dénonçant les frappes en Syrie opérées par la France, le Royaume-Uni et les Etats-unis mi-avril. Ceux-ci arboraient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire, en anglais : «Bombarder la Syrie ne protège pas le peuple ; cela le tue», «Non à la guerre à la Syrie» ou encore «Irak, Libye, Syrie : guerre sans fin pour l'empire».

Le chef d'Etat s'est alors arrêté pour tenter de les convaincre du bien fondé de son action. «Nous ne sommes pas ceux qui veulent faire la guerre en Syrie aujourd'hui, le régime de Bachar el-Assad est celui qui veut faire la guerre en Syrie», a-t-il assuré, soutenant qu'il n'avait pas attaqué le gouvernement syrien, mais simplement «neutralisé ses capacités».

Si vous voulez diriger mon pays, prenez ma place !

Après un court échange, le locataire de l'Elysée a finalement quitté les étudiants protestataires sur ces mots : «Si vous voulez diriger mon pays, prenez ma place !»

Le 14 avril dernier, Paris, Washington et Londres ont mené des frappes sur le territoire syrien, sans feu vert préalable de l'ONU. Les trois Etats ont justifié leur intervention par une attaque chimique présumée à Douma le 7 avril, qu'ils ont attribuée au gouvernement syrien, sans attendre les résultats de l'enquête menée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), actuellement en cours.

Lire aussi : L'attaque de Douma, «une mise en scène» ? Un reporter allemand de la ZDF s'interroge

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»