La rencontre entre Moon Jae-in et Kim Jong-un sera marquée du sceau des symboles

- Avec AFP

La rencontre entre Moon Jae-in et Kim Jong-un sera marquée du sceau des symboles© Jung Yeon-je Source: AFP
Un homme écrit sur un drapeau de l'unification accroché à la clôture séparant les deux Corées, à Paju, le 26 avril

Le 27 avril, pour la première fois depuis la fin de la guerre de Corée en 1953, un dirigeant nord-coréen va fouler le sol sud-coréen. Les deux chefs d'Etat vont multiplier les actions symboliques à l'occasion de cette rencontre historique.

Le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un se retrouveront le 27 avril pour un sommet historique dans la Zone démilitarisée qui divise la péninsule coréenne – un événement qui promet d'être fort de symboles, à en croire le programme. 

Moon Jae-in accueillera son visiteur sur la ligne en béton qui marque la frontière entre les deux Corées dans la Zone démilitarisée, selon le directeur du secrétariat de la présidence sud-coréenne Im Jong-seok. Quand Kim Jong-un franchira cette ligne, il deviendra le premier dirigeant nord-coréen à fouler le sol sud-coréen depuis la fin de la Guerre de Corée il y a 65 ans.

Après s'être retrouvés, les deux dirigeants iront à pied jusqu'à la Maison de la paix, une structure de verre et de béton située du côté sud du village de Panmunjeom, où fut signé l'armistice. La présidence sud-coréenne précise que Kim Jong-un et Moon Jae-in planteront ensuite un pin qui «représentera la paix et la prospérité sur la ligne de démarcation militaire, qui est le symbole de la confrontation et de la division depuis 65 ans». Pour parfaire le symbole, la terre viendra du Mont Paektu, endroit sacré aux yeux des Nord-Coréens, et du Mont Halla, sur l'île sud-coréenne de Jeju.

La délicate question de l'arsenal nucléaire nord-coréen

Après la signature d'un accord, les deux chefs d'Etats devraient publier un communiqué conjoint, selon Im Jong-seok : «Nous pourrions l'appeler "Déclaration de Panmunjeom".»

La question de l'arsenal nucléaire nord-coréen devrait figurer parmi les sujets prioritaires, mais le haut responsable a toutefois prévenu que rien ne serait aisé : «Parvenir à un accord sur la dénucléarisation au moment où les programmes nucléaire et d'ICBM nord-coréens ont considérablement avancé sera différent par nature des accords de dénucléarisation conclus dans les années 1990 et au début des années 2000.»

«C'est ce qui rend ce sommet particulièrement difficile», a-t-il poursuivi, notant que le plus délicat sera de voir à quel niveau les deux dirigeants seront capables de s'accorder sur la volonté de dénucléarisation du Nord et comment «cela sera couché sur le papier». D'après Séoul, les deux dirigeants pourraient aussi aborder la question d'un traité de paix pour mettre formellement un terme à la Guerre de 1950-1953. Le conflit s'étant achevé sur un simple armistice, les deux pays sont toujours, techniquement, en guerre.

Ce sommet sera seulement le troisième du genre, après deux réunions intercoréennes à Pyongyang en 2000 et 2007, et résulte de l'effervescence diplomatique qui s'est emparée ces derniers mois de la péninsule. La réunion doit être le précurseur d'un autre face-à-face historique très attendu, entre Kim Jong Un et le président américain Donald Trump.

Lire aussi : La visite secrète de Pompeo à Pyongyang précise une rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Sondage

Selon vous, la mise en demeure de RT France par le CSA est...

Résultats du sondage

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter