Sur fond de graves tensions en Syrie, la confrontation entre la Russie et les Etats-Unis se poursuit

Prenant comme motif l'attaque chimique présumée du 7 avril dernier dans le nord de la Ghouta, les Occidentaux menacent de frapper la Syrie. Moscou, allié de Damas, se dit prêt à contrer toute attaque qui ne serait pas conforme au droit international.

Mise à jour automatique
  • L'ambassadeur russe à l'ONU Vassili Nebenzia a déclaré le 13 avril : «Tout ce qui intéresse les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France, c'est de renverser le gouvernement syrien», lors d'une réunion du Conseil de sécurité convoquée par la Russie sur la Syrie.

    «Pourquoi semez-vous le chaos au Moyen-Orient ?», a-t-il demandé. «Seul le Conseil de sécurité a l'autorité de prendre des mesures» contre la Syrie si le recours à des armes chimiques est avéré, a ajouté le diplomate russe en questionnant la légalité internationale d'éventuelles frappes occidentales en Syrie.

  • Le chef de file des députés Les Républicains, Christian Jacob, a demandé vendredi «un débat sans vote» à l'Assemblée nationale sur d'éventuelles frappes de représailles en Syrie, exhortant l'exécutif à agir sur ce sujet «avec beaucoup de sang-froid».

    «On est sur un sujet extrêmement grave où il y a un vrai risque d'embrasement mondial», a souligné Christian Jacob sur Europe 1 qui a ajouté : «Moi ce que je souhaite c'est que, si une décision doit être prise, elle doit être prise avec beaucoup de sang-froid et je pense que ça justifierait qu'il y ait un débat à l'Assemblée nationale.»

  • «Aucune décision finale n'a été prise» par le président américain Donald Trump a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué, à l'issue d'une réunion de ce dernier avec son équipe de conseillers à la sécurité nationale.

    «Nous continuons d'évaluer les renseignements et sommes engagés dans des discussions avec nos alliés», poursuit le communiqué, précisant que Donald Trump devrait s'entretenir avec le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Theresa May.

    Plus tôt le 12 avril, le président américain était resté vague sur le timing d'une éventuelle frappe contre la Syrie dans un message sur Twitter : «Je n'ai jamais dit quand une attaque contre la Syrie aurait lieu. Ce pourrait être très bientôt ou pas si tôt du tout !»

  • La Russie a demandé que le Conseil de sécurité de l'ONU se réunisse le 13 avril pour discuter de la menace d'une action militaire menée par les Etats-Unis en Syrie, ont fait savoir des diplomates.

  • «La priorité est d'éviter le danger d'une guerre», a déclaré l'ambassadeur russe à l'ONU Vassili Nebenzia lors d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité consacrée à la Syrie. Il a ajouté que la «la situation en Syrie [était] très dangereuse». Alors qu'on lui demandait s'il faisait référence à un danger de guerre entre la Russie et les Etats-Unis, l'ambassadeur a répondu : «Nous ne pouvons malheureusement exclure aucune possibilité». 

  • Donald Trump a annoncé que des décisions sur la Syrie seraient «bientôt» prises. Toutefois, trois jours auparavant, le 9 avril, le président américain avait déjà déclaré que des «décisions majeures» interviendraient dans les 24 à 48 heures.

  • Cité par l'agence Ifax, le responsable du comité de Défense de la Douma (chambre basse du parlement russe) Vladimir Chamanov a annoncé ce 12 avril que les navires russes avaient quitté leur base navale de Tartous en Syrie «pour leur propre sécurité».

  • Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg a fermement condamné, de façon générale, l'utilisation d'armes chimiques. «Nous appelons le régime syrien et ses soutiens, à permettre un accès total des équipes médicales et aux observateurs internationaux», a-t-il ajouté de façon plus spécifique. «Ceux qui sont responsables doivent rendre des comptes», a-t-il encore martelé, cité par Reuters, alors que l'implication de l'armée syrienne dans l'attaque chimique de la poche de Douma (Ghouta orientale) le 7 avril dernier n'est toujours pas établie.

    Lire aussi : «False flag» et «immoralité» : un ancien ambassadeur de France analyse pour RT la crise syrienne

  • La chancelière allemande Angela Merkel a jugé «évident» que Damas disposerait encore d'un arsenal chimique, bien que les stocks d'armes chimiques syriennes aient été mis sous séquestre par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques dès 2014. Entre 2011, début des troubles en Syrie et 2014, il est en outre possible que certaines de ces munitions soient tombées aux mains des rebelles.

    «Nous devons maintenant reconnaître qu'il est évident que la destruction (des armes chimiques syriennes] n'a pas été totale», a encore ajouté Angela Merkel, citée par l'AFP. La dirigeante allemande a toutefois souligné cependant que Berlin ne participerait pas à des actions militaire contre la Syrie.

  • Le président américain Donald Trump a de nouveau évoqué ce 12 avril sur Twitter la possibilité d'une frappe américaine en Syrie. «Je n'ai jamais dit quand une attaque contre la Syrie aurait lieu. Ce pourrait être très bientôt ou pas si tôt du tout ! En tout cas, les Etats-Unis, sous mon administration, ont fait un excellent travail pour débarrasser la région de l'Etat islamique. Où est notre "Merci Amérique"?», a tweeté le locataire de la Maison blanche.

Découvrir plus

Alors que les forces armées syriennes, avec l'appui de la Russie, ont reconquis la quasi-totalité de la Ghouta, les Occidentaux menacent de frapper la Syrie. L'armée syrienne est en passe de venir à bout des groupes armés rebelles dans cette enclave située à l'est de la capitale syrienne. Reste une dernière poche sous le contrôle des combattants salafistes de Jaich al-Islam (Armée de l'islam). 

Bien que leur objectif de guerre déclaré ait été initialement la lutte contre Daesh, et plus largement contre le terrorisme, depuis le 7 avril, les Occidentaux accusent une fois de plus Damas d'avoir fait usage d'armes chimiques. Malgré l'absence de preuves, les Etats-Unis et la France envisagent de frapper la Syrie. 

Le 11 avril, en réponse à ces menaces, la Russie a fait savoir qu'elle prendrait des mesures militaires défensives en cas d'attaque. «Tout missile américain tiré sur la Syrie sera abattu», a prévenu le 10 avril l'ambassadeur russe au Liban Alexandre Zassypkine. Et d'ajouter : «S'il y a une frappe des Américains, alors... leurs missiles seront détruits et même les sites à partir desquels les missiles auront été tirés.»

Bruits de bottes

Au cours des derniers jours, les signaux d'une probable intervention des Etats-Unis, appuyée par la France, contre Damas se sont multipliés. L'Agence européenne pour la sécurité aérienne (EASA) a ainsi émis le 10 avril un message clair de mise en garde, invoquant «de possibles frappes aériennes en Syrie [...] dans les 72 heures à venir».

Le destroyer lance-missile USS Donald Cook a quitté le 10 avril le port chypriote de Larnaca, où il faisait escale, et se trouve dans une zone d'où il peut facilement frapper la Syrie. D'après Reuters, le Pentagone a annoncé ce 11 avril avoir planché sur les différentes options militaires et s'est dit prêt à les présenter à Donald Trump.

Moscou dénonce pour sa part l'utilisation d'un prétexte. D'autant plus que la situation dans la Ghouta orientale, enclave jusque récemment aux mains des groupes armés rebelles islamistes, est «totalement stabilisée», d'après le général russe Victor Poznikhir. Celui-ci a également annoncé le 10 avril 2018 le déploiement de la police militaire russe. «Les forces armées russes achèvent leur opération humanitaire massive conjointement avec les forces gouvernementales syriennes», a-t-il précisé.

Lire aussi : «False flag» et «immoralité» : un ancien ambassadeur de France analyse pour RT la crise syrienne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter