Damas et Moscou accusent Israël d'avoir mené des frappes contre une base syrienne près de Homs

Damas et Moscou accusent Israël d'avoir mené des frappes contre une base syrienne près de Homs© Amir Cohen Source: Reuters
Un avion de chasse israélien F-15. (image d'illustration)

L'armée israélienne a tiré huit missiles depuis l'espace aérien libanais, selon le ministère russe de la Défense. Cinq d'entre eux auraient été interceptés par le système anti-missile syrien et trois auraient touché une base aérienne près de Homs.

Le bombardement de la base militaire syrienne «T-4» entre Homs et Palmyre, tôt ce 9 avril, a été mené par des avions israéliens depuis le territoire libanais, selon Moscou et Damas. L'agence de presse publique iranienne Fars a fait savoir que trois Iraniens avaient été tués dans cette frappe menée selon cette source par «les avions de chasse du régime sioniste». 

Huit missiles téléguidés depuis le territoire libanais, selon la Russie

«Deux avions F-15 de l'armée israélienne ont frappé l'aérodrome entre 3h25 et 3h53 heure de Moscou à l'aide de huit missiles téléguidés depuis le territoire libanais, sans pénétrer dans l'espace aérien syrien», a fait savoir le ministère russe de la Défense, le 9 avril, cité par les agences russes. Sur ces huit missiles, cinq ont été interceptés par le système de défense anti-missile syrien, selon le ministère.

Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, a regretté un «développement très dangereux». «Il s'agit d'un développement très dangereux de la situation. J'espère qu'au moins les militaires américains et ceux des pays participant à la coalition menée par les Etats-Unis le comprennent», a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse. Dénonçant une «agression», le gouvernement syrien a également accusé Israël d'avoir mené cette frappe avant l'aube. Elle aurait coûté la vie à plusieurs personnes.

Selon la chaîne libanaise Al-Mayadeen, les missiles ont traversé l'espace aérien libanais. Contacté par l'AFP, l'armée israélienne a fait savoir qu'elle n'avait aucun commentaire à faire pour l'instant. 

En tout état de cause, en février dernier, l'aéroport militaire avait été visé en février par Israël, qui avait affirmé qu'un drone avait été envoyé sur son territoire depuis une «base iranienne» identifiée comme celle de «T-4».

En outre, si ce 8 avril, Paris et Washington avaient menacé Damas d'une «réponse forte», l'accusant d'avoir conduit une attaque chimique, ils ont signalé ce matin n'avoir mené aucune frappe.

Lire aussi : Menaçant ses adversaires, Israël révèle une opération top-secret menée en Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter